Conseil général :

Les lamentations d'Objectif Réunion


Publié / Actualisé
Les conseillers généraux du groupe Objectif Réunion boycottent la commission permanente décentralisée du conseil général qui se tient ce mercredi 6 octobre 2010 à Saint-André. "Seulement une heure était accordée à l'examen des dossiers. Le reste du temps, les élus devaient visiter des chantiers d'insertion et applaudir le maire de la ville, Eric Fruteau, qui est aussi candidat pour les prochaines cantonales. Nous ne soutenons pas cette politique politicienne", s'indigne Stéphane Fouassin, maire et conseiller général de Salazie.
Les conseillers généraux du groupe Objectif Réunion boycottent la commission permanente décentralisée du conseil général qui se tient ce mercredi 6 octobre 2010 à Saint-André. "Seulement une heure était accordée à l'examen des dossiers. Le reste du temps, les élus devaient visiter des chantiers d'insertion et applaudir le maire de la ville, Eric Fruteau, qui est aussi candidat pour les prochaines cantonales. Nous ne soutenons pas cette politique politicienne", s'indigne Stéphane Fouassin, maire et conseiller général de Salazie.
Il reconnaît que ce genre de procédé est classique, à droite comme à gauche, à la veille d'échéances électorales. "C'est de bonne guerre, mais l'opposition n'a pas à soutenir la campagne électorale d'un adversaire", répond Cyril Hamilcaro, conseiller général de Saint-Louis. Il va même jusqu'à demander "la fin des commissions permanentes décentralisées à 6 mois des élections cantonales", une première. "C'est de 2008 à 2010 que la majorité aurait du multiplier ce genre de rendez-vous. Pas maintenant", affirme Stéphane Fouassin. Pour rappel, les réunions de la commissions permanente du Département sont régulièrement décentralisées dans les communes. Récemment, elles ont eu lieu à la Plaine de Palmistes ou encore à Salazie.

Les conseillers généraux d'Objectif Réunion ont par ailleurs fait part de leur "interrogation" sur des dossiers concernant le Département. Le premier dossier concerne une "subvention", selon les termes utilisés par Cyril Hamilcaro, de 43 400 euros accordée par le Département à la société d'économie mixte Dionysport à l'occasion des jubilés de Didier Agathe et de Patrick Cazal en juin 2009. "L'accord n'a été soumis ni à l'approbation de la commission permanente, ni à celle de la commission sectorielle, ni à celle de l'assemblée plénière. Personne ne sait qui a signé cet accord", détaille Cyrille Hamilcaro. Il poursuit : "La facture est quant à elle datée du 7 juillet, tout comme la convention, alors que l'événement avait lieu plusieurs jours avant. Ce n'est pas normal". "Sur quelle base cette facture a t-elle été payée ? Nous allons poser la question au Trésor public", annonce l'élu.

Autre motif d'interrogation, "le groupe Objectif Réunion a appris par voie de presse l'existence d'un emploi fantôme au cabinet, avec un salaire mensuel de plus de 7 000 euros. Nous n'avons jamais vu ses productions. Nous avons donc écrit un courrier à la présidente du Conseil général le 1er septembre dernier pour lui demander de nous communiquer dans les plus brefs délais la liste de tous les membres de son cabinet depuis mars 2008, leurs missions ainsi que leurs rémunérations. Nous n'avons jamais eu de réponse", affirme Cyril Hamilcaro.

Le dernier dossier concerne la revue du Département "La Source" qui succède à la revue "Rendez-vous". "Le dernier "Rendez-vous" date de 2007. Et à 8 mois des élections cantonales, nous voyons une nouvelle revue faire son apparition. C'est surprenant. Nous avons écrit à la présidente du Conseil général le 5 juillet dernier pour lui poser un certain nombre de question à ce sujet. Nous n'avons jamais obtenu de réponse", souligne t-il. "C'est grossier comme méthode pour biaiser les élections", s'offusque l'ancien maire de Saint-Louis mis en examen en 2007 pour recel d'escroquerie dans l'affaire dite des terrains communaux de Saint-Louis. Il sera également jugé le 11 février 2011 dans une affaire de prise illégale d'intérêt.

"Nous ne voulons pas être les complices de cette machine électorale. Nous avons donc décidé d'alerter dans les prochains jours le Procureur de la République sur ces faits qui ont tous un caractère délictueux, au titre de l'article 40 du code de procédure pénale. Nous espérons qu'il acceptera de se pencher sur la question", termine Cyril Hamilcaro.

À noter que les prochaines élections cantonales auront lieu les 20 et 27 mars 2011.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !