Conférence :

Les Chagossiens : des "Palestiniens" de l'océan Indien


Publié / Actualisé
Le comité Solidarité Chagos La Réunion (CSCR), créé cette année organise une conférence ce mercredi 3 novembre 2010 à 18 heures à la médiathèque du Port. Une conférence que tiendra le professeur des Universités André Oraison sur le problème des Chagossiens. L'archipel des Chagos, composé de 65 îlots perdus dans l'Océan Indien abrite l'une des plus importantes bases militaires américaines depuis 40 ans. A l'époque pour permettre la création de cette base à Diego Garcia, l'île principale des îles Chagos, "les Britanniques ont été amenés à l'initiative des États-Unis à "déplacer" par la ruse et pour finir par la force tous les habitants de cet archipel", souligne le CSCR. Ces derniers ont été "évacués" entre 1967 et 1973 vers Maurice et les Seychelles avec la complicité des autorités locales. Devenus citoyens de seconde zone dans ces pays, les Chagossiens revendiquent le droit au retour sur leur terre.
Le comité Solidarité Chagos La Réunion (CSCR), créé cette année organise une conférence ce mercredi 3 novembre 2010 à 18 heures à la médiathèque du Port. Une conférence que tiendra le professeur des Universités André Oraison sur le problème des Chagossiens. L'archipel des Chagos, composé de 65 îlots perdus dans l'Océan Indien abrite l'une des plus importantes bases militaires américaines depuis 40 ans. A l'époque pour permettre la création de cette base à Diego Garcia, l'île principale des îles Chagos, "les Britanniques ont été amenés à l'initiative des États-Unis à "déplacer" par la ruse et pour finir par la force tous les habitants de cet archipel", souligne le CSCR. Ces derniers ont été "évacués" entre 1967 et 1973 vers Maurice et les Seychelles avec la complicité des autorités locales. Devenus citoyens de seconde zone dans ces pays, les Chagossiens revendiquent le droit au retour sur leur terre.
Les Chagossiens ont vécu une histoire tragique, celle d'un peuple de l'Océan Indien dont les droits les plus élémentaires ont été sacrifiés "sur l'autel des intérêts des Occidentaux, au nom de la raison d'État", raconte indigné le comité. "Beaucoup parmi eux sont déjà morts en exil dans les bidonvilles des capitales mauricienne et seychelloise et, parmi les survivants nés aux Chagos, combien peuvent espérer revoir les lieux de leur enfance avant de mourir ?", s'interroge le comité.

Ainsi, après avoir été victimes d'une première déportation réalisée par des Français au XVIIIe siècle pour des raisons économiques dans le sens Mascareignes-Chagos, les Chagossiens ont de nouveau été victimes, deux siècles plus tard, d'une deuxième déportation réalisée cette fois-ci par les Britanniques pour des raisons stratégiques dans le sens inverse Chagos-Mascareignes.

Mais pour les Chagossiens, "l'espoir au c?ur humain est toujours vivace" et "il reste une dernière carte importante à jouer sur le plan juridique", précise le comité. L'affaire des exilés des Chagos doit encore être examinée par la Cour européenne des droits de l'homme dans le cadre du Conseil de l'Europe.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !