Agriculture - Saint-Benoît :

Les terrains en friche contestés


Publié / Actualisé
7 hectares de terrain en friche situés à Beaufonds ont été cédés à un particulier par la Safer (société d'aménagement foncier et d'établissement rural) "sans appel à candidature" affirme la CGPER. Elle a organisé une conférence de presse ce vendredi 10 décembre 2010 pour protester contre cette cession. "La Safer n'a pas respecté la réglementation", s'insurge Krishna Atanary, représentant de la CGPER dans l'Est de l'île.
7 hectares de terrain en friche situés à Beaufonds ont été cédés à un particulier par la Safer (société d'aménagement foncier et d'établissement rural) "sans appel à candidature" affirme la CGPER. Elle a organisé une conférence de presse ce vendredi 10 décembre 2010 pour protester contre cette cession. "La Safer n'a pas respecté la réglementation", s'insurge Krishna Atanary, représentant de la CGPER dans l'Est de l'île.
Selon le syndicat agricole, le terrain appartiendrait désormais à un particulier dont le fils voulait posséder des terres à cultiver. "Qu'un jeune veuille s'installer ici, nous ne sommes pas opposés. Ce que nous dénonçons, c'est la façon dont le terrain a été cédé", explique Krishna Atanary. En effet, selon l'agriculteur, la Safer n'aurait pas respecté le principe d'appel public à candidature avant la cession d'un terrain. "3 fermiers habitent à proximité de ce terrain. Ils auraient pu être prioritaires pour l'obtenir", ajoute t-il. La CGPER demande donc que "les cessions de terrains se fassent désormais en toute transparence".

Par ailleurs, Krishna Atanary a souligné qu'un second terrain est actuellement laissé en friche dans le secteur de Saint-Benoît après qu'un fermier ait pris sa retraite. "Lorsque le syndicat de colons et de fermiers de Beaufonds a été crée il y a 15 ans, il était prévu de partager les terres en friche avec les autres agriculteurs présents", affirme t-il. "Ce n'est pas le cas actuellement. Nous demandons donc que le partage soit effectif", termine le représentant de la CGPER.

Mounice Najafaly pour
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !