Etalement des dettes salariales et patronales :

Les mécontents de Novelli III se mobilisent


Publié / Actualisé
Après la Capeb le 31 janvier dernier, le protocole Novelli III est de nouveau montré du doigt ce vendredi 4 février 2011. Des transporteurs et des professionnels du BTP se sont mobilisés devant l'hôtel Créolia pour exprimer leur mécontentement contre ce protocole. Le choix du lieu n'est pas anodin. C'est dans cet hôtel que se déroule l'assemblée générale extraordinaire des administrateurs de la caisse réunionnaise de retraite (CRR). Selon Michel Allamele, président du syndicat des terrassiers de La Réunion, l'établissement privé "n'applique pas le protocole Novelli III" et ne propose donc pas de plan d'étalement des dettes salariales et patronales. "1 200 entreprises risquent d'être liquidés si la CRR n'applique pas le protocole", souligne Michel Allamele.
Après la Capeb le 31 janvier dernier, le protocole Novelli III est de nouveau montré du doigt ce vendredi 4 février 2011. Des transporteurs et des professionnels du BTP se sont mobilisés devant l'hôtel Créolia pour exprimer leur mécontentement contre ce protocole. Le choix du lieu n'est pas anodin. C'est dans cet hôtel que se déroule l'assemblée générale extraordinaire des administrateurs de la caisse réunionnaise de retraite (CRR). Selon Michel Allamele, président du syndicat des terrassiers de La Réunion, l'établissement privé "n'applique pas le protocole Novelli III" et ne propose donc pas de plan d'étalement des dettes salariales et patronales. "1 200 entreprises risquent d'être liquidés si la CRR n'applique pas le protocole", souligne Michel Allamele.
Les transporteurs attendent de savoir la décision qui sera prise à l'issue de cette assemblée générale extraordinaire. "Si la CRR décide de ne pas jouer le jeu, nous sommes prêts à bloquer la structure à partir de lundi", préviennent-ils.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !