Création d'entreprise - Dispositif Nacre :

"Un bilan positif"


Publié / Actualisé
La direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (DIECCTE) et la caisse des dépôts ont présenté, ce vendredi 6 mai 2011, le bilan du dispositif Nacre (Nouvel accompagnement pour la création et la reprise d'entreprise). Mis en place en 2009, ce dispositif permet à des personnes sans emploi ou rencontrant des difficultés à s'insérer de créer ou de reprendre une entreprise. Selon Jean-François Dutertre, directeur de la DIECCTE, "le bilan est plutôt positif".
La direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (DIECCTE) et la caisse des dépôts ont présenté, ce vendredi 6 mai 2011, le bilan du dispositif Nacre (Nouvel accompagnement pour la création et la reprise d'entreprise). Mis en place en 2009, ce dispositif permet à des personnes sans emploi ou rencontrant des difficultés à s'insérer de créer ou de reprendre une entreprise. Selon Jean-François Dutertre, directeur de la DIECCTE, "le bilan est plutôt positif".
Piloté par la DIECCTE et la Caisse de dépôts, le dispositif Nacre s'organise en trois phases d'accompagnement: une aide au montage du projet, un appui pour son financement et un appui au développement de l'entreprise. Un accompagnement totalement pris en charge financièrement par l'État.

Selon la DIECCTE, au cours de l'année 2010, 748 porteurs de projet ont pu bénéficier du Nacre et 959 phases d'accompagnement ont été menées. Selon Michel Pupin, directeur régional de la Caisse de dépôts, ce dispositif a permis la création d'un ou deux emplois par les entreprises concernées.

À noter que les futurs entrepreneurs ont également la possibilité d'obtenir un prêt Nacre à taux zéro. Ce qui favorise l'obtention d'un prêt complémentaire auprès des organismes bancaires ou banques. En 2010, 156 prêts ont alors été accordés pour un montant moyen de 5 750 euros. En complément, 156 prêts pour un montant de 18 235 euros ont été accordés par les banques. À La Réunion, 84% des dossiers présentés aux banques ont ainsi obtenu un accord Nacre.

Par ailleurs, la DIECCTE note que 34% des porteurs de projet qui créent leur entreprise ont un niveau de formation 5, à savoir un CAP ou BEP, et 27% ont un niveau BAC.

Au niveau du statut des entreprises créées, 71% sont majoritairement unipersonnels, et 29% sont des SARL (Société à Responsabilité Limitée). Parmi les secteurs d'activités les plus représentés, 30% sont des commerces de détail et réparation, 22% sont des hôtels et restaurants et 15% concernent les services aux particuliers.

Pour 2011, 349 prêts devront être réalisés pour un montant total de 2 325 700 millions d'euros, soit plus de 7 millions d'euros investis dans l'économie réunionnaise, indique la DIECCTE.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !