Transport aérien :

La société Aéroport de La Réunion opérationnelle


Publié / Actualisé
Le conseil de surveillance de la nouvelle société aéroportuaire, la société anonyme Aéroport de La Réunion Roland Garros, a élu, ce lundi 20 juin, son président et vice-président et désigné le président du directoire, en charge d'assurer la gestion de l'aéroport. Ont ainsi été nommés Ibrahim Patel à la tête du conseil de surveillance et Jean-Paul Noël, directeur de l'aéroport, pour le directoire. Avec ce changement de statut, l'aéroport Roland Garros s'inscrit dans une "dynamique d'évolution des aéroports". Son objectif: poursuivre l'ouverture de La Réunion sur le monde et favoriser son développement économique.
Le conseil de surveillance de la nouvelle société aéroportuaire, la société anonyme Aéroport de La Réunion Roland Garros, a élu, ce lundi 20 juin, son président et vice-président et désigné le président du directoire, en charge d'assurer la gestion de l'aéroport. Ont ainsi été nommés Ibrahim Patel à la tête du conseil de surveillance et Jean-Paul Noël, directeur de l'aéroport, pour le directoire. Avec ce changement de statut, l'aéroport Roland Garros s'inscrit dans une "dynamique d'évolution des aéroports". Son objectif: poursuivre l'ouverture de La Réunion sur le monde et favoriser son développement économique.
Créée le mardi 14 juin, la société Aéroport de La Réunion Roland Garros est une société anonyme à conseil de surveillance et directoire. Concrètement, son organisation repose sur la séparation des fonctions de gestions tenues par le directoire et de contrôle exercées par le conseil de surveillance.

Composé de quinze membres nommés pour trois ans, le conseil de surveillance a nommé, ce lundi 20 juin, à sa tête, Ibrahim Patel, président de la CCIR, et Joël Rault à la vice-présidence. Conseil qui a ensuite désigné pour cinq années les trois membres du directoire: Jean-Paul Noël, directeur de l'aéroport, Fabrice Grondin, directeur d'exploitation et Guillaume Branlat, directeur technique. La société est désormais opérationnelles.

Par ailleurs, la création de la société anonyme Aéroport de La Réunion Roland Garros a pour objectif de donner une nouvelle dynamique à la plate-forme et de mettre en ?uvre tout un projet de développement pérenne de l'aéroport.

Aussi, afin de faire face à cet enjeu de développement, c'est un tout programme d'investissement s'élevant à près de 200 millions d'euros qui est mis en oeuvre d'ici 2017. "Nous avons en projet l'aménagement de l'aérogare avec une mise aux normes du parking et des pistes pour d'accueillir l'A380 mais l'extension de l'aérogare passagers pour plus d'air et de confort", explique Jean-Paul Noël, président du directoire et de l'aéroport. "Les premiers travaux démarreront dès la fin 2011", poursuit-il.

En ce qui concerne les 250 membres du personnel de l'aéroport, "ils sont mis à disposition de la CCIR pendant 10 ans", souligne Jean-Paul Noël. Selon le président du directoire, durant cette période, le personnel pourra choisir de conserver son statut d'origine ou devenir membre de la société aéroportuaire. "Un changement de statut qui n'aura non plus aucune incidence sur les passagers", indique-t-il.

À noter que la création de la société aéroportuaire permet une extension de 38 ans de la concession de l'aéroport. Signée ce lundi 20 juin 2011 à l'issue du premier conseil de surveillance entre l'État et la nouvelle société, cette extension se prolongera jusqu'au 31 décembre 2048.

Enfin, elle regroupe dans son capital : l'Etat à hauteur de 60 %, la Chambre de Commerce et d'Industrie de la Réunion à hauteur de 25 %, la Région Réunion à hauteur de 10 % et la Commune de Sainte-Marie à hauteur de 5 %.

Sa création s'inscrit également dans le cadre de la loi du 20 avril 2005 et s'ajoute aux évolutions du statut déjà réalisées des aéroports de Lyon, de Toulouse, de Bordeaux, de Montpellier, de Nice et de Strasbourg.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !