Interdiction du port du voile intégral :

23 infractions constatées


Publié / Actualisé
Trois mois après l'entrée en vigueur de la loi du 11 octobre 2010 sur l'interdiction du port du voile intégrale dans l'espace public, un premier bilan de l'application du texte législatif a été effectué en préfecture ce vendredi 8 juillet 2011. Entre le 11 avril et le 7 juillet 2011, 23 infractions ont été relevées dans l'île. Les femmes contrôlées ont fait l'objet d'un simple rappel à la loi. Tel n'est plus le cas depuis le 1er juillet. En effet, le non respect de l'interdiction de se voiler intégralement est maintenant sanctionné par une peine d'amende d'un montant maximum de 150 euros et/ou l'obligation de participer à un stage de citoyenneté.
Trois mois après l'entrée en vigueur de la loi du 11 octobre 2010 sur l'interdiction du port du voile intégrale dans l'espace public, un premier bilan de l'application du texte législatif a été effectué en préfecture ce vendredi 8 juillet 2011. Entre le 11 avril et le 7 juillet 2011, 23 infractions ont été relevées dans l'île. Les femmes contrôlées ont fait l'objet d'un simple rappel à la loi. Tel n'est plus le cas depuis le 1er juillet. En effet, le non respect de l'interdiction de se voiler intégralement est maintenant sanctionné par une peine d'amende d'un montant maximum de 150 euros et/ou l'obligation de participer à un stage de citoyenneté.
10 infractions ont été constatées à Saint-Denis, 7 à l'aéroport Roland Garros, 4 à Saint-Paul 1 à Saint-André et 1 à Saint-Benoît. "L'application de la loi n'a donné lieu à aucune provocation, ni incident" souligne la préfecture.

La réunion de bilan était présidée par le préfet Michel Lalande et par Emmanuelle Barre, procureur adjointe de la République. Houssen Amode, président du conseil régional du culte musulman, conduisait une délégation composée de personnalités civiles et religieuses. Des responsables des services de police et de gendarmerie ont également assisté à la réunion.

Les participants ont convenu "qu'une très grande majorité des femmes musulmanes respectent la loi" note la préfecture dans un communiqué. Il a été décidé "de poursuivre par le dialogue et la médiation les actions destinées à faciliter l'application de la loi" dit encore la préfecture. .
Une nouvelle réunion de bilan aura lieu d'ici à la fin septembre.


   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !