Conseil général :

Rentrées scolaire et politique chargées


Publié / Actualisé
Rentrée scolaire, assises de l'urgence sociale réunion de l'association des départements de France Outre-mer, création d'un syndicat mixte de transport, visite de Bertrand Delanoë, maire de Paris, début septembre. La rentrée est chargée pour le Département. Le tout, dans un contexte de contrainte budgétaire accrue. Pas de quoi déstabiliser la majorité qui a souhaité miser sur "la poursuite des efforts de la collectivité en faveur des Réunionnais".
Rentrée scolaire, assises de l'urgence sociale réunion de l'association des départements de France Outre-mer, création d'un syndicat mixte de transport, visite de Bertrand Delanoë, maire de Paris, début septembre. La rentrée est chargée pour le Département. Le tout, dans un contexte de contrainte budgétaire accrue. Pas de quoi déstabiliser la majorité qui a souhaité miser sur "la poursuite des efforts de la collectivité en faveur des Réunionnais".
Les élèves font leur rentrée scolaire cette semaine. Un événement que suit de près le Département, en charge la gestion des collèges. Pour cette rentrée, plus de 60 000 collégiens reprendront le chemin des cours dans les 76 établissements publics de l'île.

Côté aménagement des établissements, 25 chantiers de rénovation ont été lancés dans les collèges pour un total de 20 millions d'euros pour cette année. Le dernier chantier livré est celui du collège des Aigrettes à Saint-Gilles, après 3 ans de travaux pour un montant total de 12,6 millions d'euros. Cette rentrée marque également le lancement de la construction de deux nouveaux collèges. L'un au Tampon pour une livraison en 2012 et l'autre à Roquefeuil pour une livraison en 2013. Ces nouveaux établissements seront des établissements Haute Qualité Environnementale.

Toujours dans sa politique en direction des collégiens, la collectivité souhaite accroître la quantité de produits pays que trouvent les jeunes dans leurs assiettes à la cantine. Pour l'heure, 20% des aliments sont produits localement. "Nous devons poursuivre l'effort", insiste Nassimah Dindar.

Dans ce contexte de rigueur budgétaire et d'assèchement des aides aux collectivités, le Département a également souhaité serrer les vis. Symbole de cette politique, des télé-relevés ont été installés sur les compteurs d'eau des collèges afin de limiter les conséquences des fuites d'eau. "Jusqu'à maintenant, des responsables de collèges nous envoyaient parfois des factures d'eau pouvant atteindre 90 000 euros à cause d'une fuite. Ils refusaient de la régler sur leur budget de fonctionnement", dénonce Nassimah Dindar qui veut "mettre un terme" à ce genre de dérive.

Concernant les étudiants, la collectivité a d'ores et déjà enregistré plus de 14 000 demandes de bourse. Elle a également choisi de reconduire le dispositif de carte libre circulation qui permet aux étudiants de voyager librement sur les différents réseaux de bus à moindre coût. Enfin, pour favoriser l'accès à la culture des étudiants, une "carte culture" devrait leur être distribuée dès cette rentrée.

Rentrée scolaire rime aussi avec rentrée politique du conseil général. Les prochaines semaines seront chargées pour la collectivité, notamment à partir du mois de septembre. Premier événement d'envergure, la venue de Bertrand Delanoë sur l'île. Le maire de Paris viendra rencontrer le section locale du PS. Il signera une convention de partenariat entre le conseil général et la Ville de Paris. Un partenariat qui concerne des domaines divers comme le sport, la culture, la mobilité, l'éducation...

Une semaine plus tard, ce sont les présidents des conseils généraux d'Outre-mer qui seront à La Réunion lors d'une rencontre de l'association des Départements de France. L'occasion pour ces responsables de collectivité de débattre des difficultés qu'elles rencontrent dans ce contexte de rigueur budgétaire, mais aussi d'aborder la problématique du logement sur des espaces limitées comme les îles et les conséquences de l'amendement Payet qui vise à réduire le nombre de débits de tabac.

Autre question qui sera au c?ur des débats dans les prochaines semaines, la création d'un syndicat mixte des transports avec le Département, la Région et les 5 communautés de communes. Si tout le monde semble d'accord sur la nécessité de mettre en place "une politique coordonnée" en matière de transport, les avis divergent sur la manière de le faire et notamment sur la représentativité au sein du syndicat mixte.

Le conseil général, par la voix de Pierre Vergès, vice-président en charge du transport, propose que chaque "autorité organisatrice de transport" soit représentée de manière "équivalente" au sein du syndicat. Ainsi, chaque AOT aurait 6 élus, soit un total de 42 élus. Cette proposition a été soumise au conseil régional. Un courrier en ce sens a été adressé par le Département le 30 juin dernier. "Nous n'avons pas encore obtenu de réponse de la Région", signale Pierre Vergès.

Enfin, cette conférence de presse a été l'occasion pour Nassimah Dindar de lancer les "assises de l'urgence sociale". "La Réunion est partagée entre l'insécurité sociale et l'urgence sociale. Nous devons trouver des réponses à cette situation d'urgence. C'est pour cette raison que nous avons mis en place les assises de l'urgence sociale", explique Roland Robert. Jusqu'à la fin du mois de septembre, le conseil général consultera différents partenaires pour recueillir des analyses, des avis et des propositions pour améliorer la situation sociale sur l'île. Un "livre blanc de l'urgence sociale" sera ensuite mise en place et adressé aux autorités au niveau national.

Mounice Najafaly pour
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !