Éducation nationale - Evaluation des personnels :

Unsa "condamne" le projet de réforme


Publié / Actualisé
Dans une lettre adressée au ministre de l'Éducation nationale, Luc Chatel, la fédération UNSA Éducation dit condamner "avec la plus extrême fermeté les inacceptables annonces du ministère" concernant les modalités d'évaluation et de déroulement de carrière des enseignants et personnels d'éducation. Le projet de réforme prévoit que la promotion des personnels - actuellement basée sur l'ancienneté -, soit également soumise aux résultats d'une évaluation
Dans une lettre adressée au ministre de l'Éducation nationale, Luc Chatel, la fédération UNSA Éducation dit condamner "avec la plus extrême fermeté les inacceptables annonces du ministère" concernant les modalités d'évaluation et de déroulement de carrière des enseignants et personnels d'éducation. Le projet de réforme prévoit que la promotion des personnels - actuellement basée sur l'ancienneté -, soit également soumise aux résultats d'une évaluation
L'UNSA estime que le projet ministériel "exclut de fait les personnels d'inspection pédagogique du second degré de l'évaluation en leur substituant en totalité les chefs d'établissement, y compris sur les problématiques spécifiquement liées à l'enseignement et à la didactique des disciplines". Surtout, ajoute le syndicat, "elle bouleverse de manière fondamentale l'organisation des déroulements de carrière".

Le cadre de l'évaluation, dit le syndicat, et notamment de sa composante "auto-évaluation", "reste flou". La validation de cette dernière par les corps d'inspection est "un alibi à leur éviction du processus réel d'évaluation" commentent l'UNSA.

La fédération syndicale estime enfin que le projet ministériel "est d'abord l'occasion de réaliser des économies budgétaires sur la rémunération des enseignants des écoles, collèges et lycées en les alignant sur le rythme d'avancement le plus défavorable, alors qu'ils sont toujours en attente d'une réelle revalorisation des carrières".

Le système de promotion des enseignants est basé sur des échelons qui déterminent la rémunération. Actuellement, c'est l'ancienneté qui permet de monter en grade. "Avec la réforme, l'évaluateur pourrait influencer le passage d'échelon en fonction des résultats de l'évaluation. Il est aussi question d'élaborer une "lettre de progrès" qui suivra l'enseignant et qui ressemble fortement aux feuilles d'objectifs du privé" explique lepost.fr

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !