Droits de l'Homme :

La déclaration universelle a 63 ans


Publié / Actualisé
Le 10 décembre 1948, l'assemblée générale de l'ONU adoptait la déclaration universelle des droits de l'Homme. Pour ce 63e anniversaire, la section Réunion de la ligue des droits de l'Homme a tenu à rappeler à la population ce samedi matin "qu'il appartient aux citoyens et autorités de chaque pays de faire vivre, respecter et porter haut les exigences de la dignité humaine et des droits".
Le 10 décembre 1948, l'assemblée générale de l'ONU adoptait la déclaration universelle des droits de l'Homme. Pour ce 63e anniversaire, la section Réunion de la ligue des droits de l'Homme a tenu à rappeler à la population ce samedi matin "qu'il appartient aux citoyens et autorités de chaque pays de faire vivre, respecter et porter haut les exigences de la dignité humaine et des droits".
Après avoir salué le "réveil citoyen" dans un certain nombre de pays arabes cette année, et félicité la mise en exergue du rôle des femmes dans la paix et la démocratie avec l'attribution du prix Nobel de la paix à trois femmes, la ligue des droits de l'Homme a tenu à rappeler que "l'exercice effectif des droits humains fondamentaux ne va pas sans combats et sans participation des citoyens".

La ligue a réitéré son appel envers les jeunes citoyens "en âge de voter en 2012, à user de leur droit de vote lors des scrutins de 2012 et pour cela à vérifier en temps utile leur inscription sur les listes électorales avant le 31 décembre 2011".

Elle a aussi lancé un appel envers "les associations, syndicats et organisations intervenant dans le champ du mouvement social pour la défense et la promotion des droits", afin de "s'unir pour préparer et tenir ensemble dès les 18 et 19 février 2012 la première réunion plénière d'un forum social 2012, en vue de permettre l'expression publique à La Réunion des attentes et exigences des concitoyens dans un contexte de crise et d'échéances politiques majeures".

Par ailleurs, la ligue des droits de l'Homme, section de La Réunion, s'est exprimée au sujet de la situation des anciens salariés de l'Arast, soulignant qu'ils ont "des droits économiques et sociaux qui dans de nombreux cas n'ont pas été satisfaits deux ans après leur licenciement". "En tant qu'organisation indépendante et non partisane, la ligue se déclare disponible pour tenter de mettre en ?uvre un processus de médiation", indique le communiqué.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !