Ligue des droits de l'Homme - Anciens salariés de l'Arast :

Le recours au Défenseur des droits envisagé


Publié / Actualisé
A la suite de la demande de médiation formulée par une partie des anciens salariés de l'Arast représentée par la CFTC, la ligue des droits de l'Homme (LDH) à La Réunion indique dans un communiqué qu'elle a pu rencontrer le représentant local des AGS (assurances de garantie des salaires), mais que la demande de rencontre auprès du conseil général n'a pas abouti à ce jour. Le processus de médiation n'a donc pas pu progresser. Dans ces conditions, la LDH Réunion envisage de proposer aux parties concernées une saisine conjointe du Défenseur des droits ou de le saisir elle-même.
A la suite de la demande de médiation formulée par une partie des anciens salariés de l'Arast représentée par la CFTC, la ligue des droits de l'Homme (LDH) à La Réunion indique dans un communiqué qu'elle a pu rencontrer le représentant local des AGS (assurances de garantie des salaires), mais que la demande de rencontre auprès du conseil général n'a pas abouti à ce jour. Le processus de médiation n'a donc pas pu progresser. Dans ces conditions, la LDH Réunion envisage de proposer aux parties concernées une saisine conjointe du Défenseur des droits ou de le saisir elle-même.
Pour la ligue des droits de l'Homme, "après le licenciement économique qui a brutalement frappé les quelques 1200 anciens agents de l'Arast il y a deux ans, il est manifestement contraire à l'équité que nombre de ces salariés n'ont pas à ce jour été remplis des droits économiques et sociaux qui leur sont pourtant reconnus par toutes les parties concernées".

La ligue rappelle que "le Défenseur des droits est une autorité constitutionnelle indépendante, chargée de veiller à la protection des droits et libertés, et de promouvoir l'égalité, notamment par voie de médiation avec les services publics".

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !