Saint-Leu - Baignade et nautisme interdits (actualisé à 16h53) :

Ce n'était pas un requin mais une raie


Publié / Actualisé
Ce n'étaient pas des ailerons de requin mais ceux d'une raie aigle qui ont été photographiées par un touriste à proximité du port de Saint-Leu ce mercredi 12 janvier 2012 vers 18 heures 50, indique ce jeudi après-midi la mairie de Saint-Leu. C'est l'aquarium de Saint-Gilles qui a identifié la raie. La commune saint-leusien a toutefois décidé de maintenir jusqu'à nouvel ordre l'interdiction de la baignade et de la pratique du nautisme sur tout le littoral de la commune car "l'eau de mer reste trouble après les fortes pluies d'hier (mercredi - ndlr)".
Ce n'étaient pas des ailerons de requin mais ceux d'une raie aigle qui ont été photographiées par un touriste à proximité du port de Saint-Leu ce mercredi 12 janvier 2012 vers 18 heures 50, indique ce jeudi après-midi la mairie de Saint-Leu. C'est l'aquarium de Saint-Gilles qui a identifié la raie. La commune saint-leusien a toutefois décidé de maintenir jusqu'à nouvel ordre l'interdiction de la baignade et de la pratique du nautisme sur tout le littoral de la commune car "l'eau de mer reste trouble après les fortes pluies d'hier (mercredi - ndlr)".
C'est en fin d'après-midi ce mercredi que le touriste a photographié ce qui semblait être deux ailerons de requins à proximité du port de Saint-Leu. Il est allé à la gendarmerie de Saint-Leu afin de montrer les clichés. La gendarmerie a ensuite averti la mairie. Par principe de précaution, la municipalité de Saint-Leusiene a alors décidé d'interdire la baignade ainsi que toutes les activités nautiques à compter de 8 heures ce jeudi sur toute la côte de Saint-Leu (plages surveillées, non surveillées, spots de surf).

Rappelons que le samedi 7 janvier 2012, trois requins bouledogues avaient déjà été aperçus dans la zone du spot de surf de Saint-Leu. La municipalité avait alors interdit la baignade et les activités nautiques sur tout le littoral de la commune. Un arrêté qui avait été levé le dimanche 8 janvier 2012.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !