Planteurs de cannes :

FDSEA : "pénalisés en raison d'une forte productivité"


Publié / Actualisé
Alors que l'aide à la production de canne doit être versée durant la première quinzaine de février 2012, certains planteurs seront pénalisés car ayant eu un rendement supérieur à 140 tonnes par hectare. Selon FDSEA (Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles), la DAAF (direction de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt de La Réunion), leur a en effet adressé un courrier leur demandant de justifier cette forte productivité. La fédération s'est dite "indignée" de cette attitude lors d'un point presse ce vendredi 27 janvier 2012. "À défaut de s'y être astreints dans les délais, les planteurs ne recevront pas l'intégralité de l'aide en temps voulu et risquent même d'en perdre une partie", explique la FDSEA.
Alors que l'aide à la production de canne doit être versée durant la première quinzaine de février 2012, certains planteurs seront pénalisés car ayant eu un rendement supérieur à 140 tonnes par hectare. Selon FDSEA (Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles), la DAAF (direction de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt de La Réunion), leur a en effet adressé un courrier leur demandant de justifier cette forte productivité. La fédération s'est dite "indignée" de cette attitude lors d'un point presse ce vendredi 27 janvier 2012. "À défaut de s'y être astreints dans les délais, les planteurs ne recevront pas l'intégralité de l'aide en temps voulu et risquent même d'en perdre une partie", explique la FDSEA.
"Pourquoi se fixer un objectif de deux millions de tonnes de cannes s'il suffit qu'un planteur dépasse le seuil de 140 tonnes par hectare pour qu'il soit dans l'obligation de se justifier auprès des services de l'Etat ?", s'est interrogée la FDSEA. Et ce, alors que, selon la fédération, "la DAAF encourage la replantation, notamment des souches de cannes plus jeunes et plus vigoureuses, ainsi que l'utilisation de variétés nouvelles à haut rendement dont la productivité dépasse les 140 tonnes à l'hectare en conditions optimales".

La FDSEA dénonce également l'"attitude bureaucratique" de la DAAF, "d'une part, parce qu'elle alourdit les démarches administratives", et "d'autre part, elle rappelle que les documents de justification sont déjà connus de ses services".

Enfin, la FDSEA revendique "dès la coupe 2012 la révision à la hausse de ce seuil de rentabilité" qu'elle estime aujourd'hui périmé.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !