Second tour des municipales de Sainte-Suzanne :

Paul Vergès confiant pour Maurice Gironcel


Publié / Actualisé
Paul Vergès, fondateur du parti communiste réunionnais (PCR), se dit confiant pour le second tour des élections municipales de Sainte-Suzanne qui se dérouleront ce dimanche 5 février 2012. Selon lui, le candidat du PCR Maurice Gironcel a tous les atouts afin de briguer le fauteuil de premier magistrat de la ville face à la liste commune de Daniel Alamelou (adjoint au maire sortant PCR), Yolande Pausé (maire sortante PCR) et Antonio Grondin (anciennement soutenu par le Nouveau Centre). "Nous allons nous battre et récupérer la mairie de Sainte-Suzanne", a-t-il lancé, ce mercredi 1er février 2012 à l'issue d'un point presse. Le ton est donné. De retour du Sénat, le chef de file de l'Alliance a également évoqué la réforme des ports d'Outre-mer et le projet de loi relatif à la fonction publique.
Paul Vergès, fondateur du parti communiste réunionnais (PCR), se dit confiant pour le second tour des élections municipales de Sainte-Suzanne qui se dérouleront ce dimanche 5 février 2012. Selon lui, le candidat du PCR Maurice Gironcel a tous les atouts afin de briguer le fauteuil de premier magistrat de la ville face à la liste commune de Daniel Alamelou (adjoint au maire sortant PCR), Yolande Pausé (maire sortante PCR) et Antonio Grondin (anciennement soutenu par le Nouveau Centre). "Nous allons nous battre et récupérer la mairie de Sainte-Suzanne", a-t-il lancé, ce mercredi 1er février 2012 à l'issue d'un point presse. Le ton est donné. De retour du Sénat, le chef de file de l'Alliance a également évoqué la réforme des ports d'Outre-mer et le projet de loi relatif à la fonction publique.
"Ce dimanche, nous verrons qui a gagné et qui a perdu", a déclaré très confiant Paul Vergès, en vue du second tour des élections municipales de Sainte-Suzanne. Élections qui verront deux listes s'affronter pour le fauteuil de premier édile de la ville. D'une part, Daniel Alamélou, (adjoint au maire sortant PCR), qui fait liste commune avec Yolande Pausé (maire sortante PCR) et Antonio Grondin (anciennement soutenu par le Nouveau Centre). De l'autre, Maurice Gironcel (candidat du parti communiste réunionnais), qui a choisi de faire alliance avec Eddie Adékalom (divers droite). Maurice Gironcel qui a toutes ses chances de briguer le fauteuil de maire, selon Paul Vergès. "Nous attendons maintenant les résultats pour confirmer", a-t-il indiqué.

Le dirigeant du PCR n'a pas manqué de réagir sur le front Alamélou-Pausé-Grondin. Il a ainsi rappelé l'engagement pris en 2009 lorsque Maurice Gironcel, à l'époque maire de Sainte-Suzanne, a été condamné à deux ans d'inéligibilité dans des dossiers de marchés publics frauduleux, d'emplois fictifs et de détournement de fonds publics au sein d'association. Yolande Pausé avait alors accepté le marché, surprenant en démocratie, d'occuper le fauteuil de maire durant la période d'inéligibilité de Maurice Gironcel et de le lui "rendre" à la fin de cette période. "Ces anciens élus n'ont pas accepté l'engagement. Ils se sont alors lancés dans une compétition et se maintiennent. Nous allons nous battre et récupérer la mairie de Sainte-Suzanne", a-t-il lancé.

Paul Vergès a également mentionné ne pas comprendre qu'une des têtes de liste, en l'occurrence, Yolande Pausé, a accepté d'occuper la deuxième place alors qu'elle l'avait refusé dans l'ancienne municipalité. Concernant une éventuelle éviction de cette dernière avec Daniel Alamélou du PCR, il a répondu : "Depuis cinquante ans, nous n'avions jamais exclu personne du parti, nous avons seulement constaté que des personnes en étaient sortis. Dans cette histoire, ils sont sortis eux-même en se combattant contre le parti".

Interrogé sur le fait que les électeurs communistes pourraient voir d'un mauvais ?il le ralliement du divers droite Eddie Adékalom à Maurice Gironcel, Paul Vergès ne s'est pas non plus inquiété, répondant, qu'il n'y aura aucune incidence. "La condition de l'alliance avec Eddie Adékalom était qu'il approuvait le programme de Maurice Gironcel mais surtout qu'il condamnait la politique de Nicolas Sarkozy. Il l'a fait et s'est rallié de lui-même", a commenté le chef de file de l'Alliance, avant d'insinuer : "peut-on encore se dire alors de droite". "Finalement, ce sera la population qui décidera", a-t-il observé.

De retour du Sénat, Paul Vergès s'est également exprimé sur la question de la réforme des ports d'Outre-Mer. Un projet de loi qui vise à mieux répondre aux exigences de performance et de compétitivité et à contribuer au développement de l'économie locale. Selon lui, "il y a unanimité pour dire que ce projet de loi permettra de donner un nouveau souffle", avec "des répercussions sur les plans économique et social évidentes". Il a également souligné l'importance de la création d'une compagnie maritime régionale.

Enfin, Paul Vergès s'est également dit inquiet concernant le projet de loi relatif à l'accès à l'emploi titulaire et à l'amélioration des conditions d'emploi des agents contractuels de la fonction publique. Il espère ainsi "terminer avec l'aspect de contractualisation et arriver à la titularisation de tous".

   

1 Commentaire(s)

Gâteaux, Posté
Je remercie tous notre camarades P.C.R C'EST AVEC ZOTE QUE LA RÉUNIONS I AVANCE