Port Réunion - Budget :

Le conseil portuaire refuse de financer la baisse du gazole


Publié / Actualisé
Le conseil portuaire de Port Réunion s'est réuni ce mercredi matin 18 avril 2012. A l'ordre du jour : l'examen du budget rectifié 2012. Un budget qui n'a pas été validé par les membres du conseil. En cause : le déficit qui s'aggrave pour la concession portuaire depuis l'engagement de la chambre de commerce et d'industrie dans le financement de la baisse du prix du gazole depuis le 1er mars 2012. Jusqu'au 31 décembre 2012, la CCIR a en effet décidé de réduire les frais de passage pour le gazole à hauteur d'un centime d'euro par litre, ce qui représente au total 3,6 millions d'euros en moins dans le budget de Port Réunion jusqu'à la fin de l'année. 3,6 millions qui viennent s'ajouter à un déficit déjà existant de 1,6 million.
Le conseil portuaire de Port Réunion s'est réuni ce mercredi matin 18 avril 2012. A l'ordre du jour : l'examen du budget rectifié 2012. Un budget qui n'a pas été validé par les membres du conseil. En cause : le déficit qui s'aggrave pour la concession portuaire depuis l'engagement de la chambre de commerce et d'industrie dans le financement de la baisse du prix du gazole depuis le 1er mars 2012. Jusqu'au 31 décembre 2012, la CCIR a en effet décidé de réduire les frais de passage pour le gazole à hauteur d'un centime d'euro par litre, ce qui représente au total 3,6 millions d'euros en moins dans le budget de Port Réunion jusqu'à la fin de l'année. 3,6 millions qui viennent s'ajouter à un déficit déjà existant de 1,6 million.
Avec cet engagement de la CCIR, certaines opérations de travaux prévues dans le port en 2012 sont ainsi reportées à 2013, ce qui conduit à une perte d'investissements. Après les communes, qui avaient refusé de financer la baisse des carburants avec le surplus de l'octroi de mer, c'est maintenant au tour de Port Réunion de se montrer défavorable à financer la baisse d'un centime d'euro par litre de gazole.

Toutes les instances du conseil portuaire, dont l'association des armateurs, le syndicat des transports, la concession des dockers, la coopérative ouvrière, le comité de pêche, la commune du Port, la commune de la Possession ou encore le TCO, ont voté contre le budget rectifié. Il y a eu deux abstentions, dont celle d'Ibrahim Patel, président de la Chambre de commerce et d'industrie.

Le conseil portuaire n'ayant qu'un avis consultatif à donner, c'est au préfet que reviendra la décision finale de la validation de ce budget rectifié ou non.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !