Législatives - 7ème circonscription :

Fabrice Hoarau lance sa campagne


Publié / Actualisé
Fabrice Hoarau, investi par le parti communiste réunionnais (PCR) dans la 7ème circonscription, a lancé officiellement, ce mercredi 9 mai sa campagne, dans les locaux populaires de la section de Saint-Louis. Accompagné de sa suppléante Julie Pontalba et d'une centaine de représentants des sections communistes de Saint-Louis, de l'Etang-Salé, de Saint-leu, des Avirons, de Trois-Bassins et de Saint-Paul, Fabrice Hoarau a présenté les grands axesde son programme. Un programme bâti, a-t-il précisé, "sur les engagements pris par le parti communiste avec François Hollande et réaffirmés ici, à Saint-Louis".
Fabrice Hoarau, investi par le parti communiste réunionnais (PCR) dans la 7ème circonscription, a lancé officiellement, ce mercredi 9 mai sa campagne, dans les locaux populaires de la section de Saint-Louis. Accompagné de sa suppléante Julie Pontalba et d'une centaine de représentants des sections communistes de Saint-Louis, de l'Etang-Salé, de Saint-leu, des Avirons, de Trois-Bassins et de Saint-Paul, Fabrice Hoarau a présenté les grands axesde son programme. Un programme bâti, a-t-il précisé, "sur les engagements pris par le parti communiste avec François Hollande et réaffirmés ici, à Saint-Louis".
Selon Fabrice Hoarau, "le PCR est le seul parti qui a élaboré un programme cohérent pour toute La Réunion" car "l'emploi est au centre de notre programme"."D'abord, nous nous battrons pour arracher une part conséquente des contrats de génération et des contrats d'avenir annoncés par François Hollande. Mais nous avons aussi un programme de grands chantiers, qui est le programme qui appartient au PCR : c'est le chemin de fer, les grands chantiers comme la route de mi-hauteur, le redéploiement de la filière photovoltaïque", a-t-il indiqué.

Pour la 7e circonscription, le candidat aux législatives a également indiqué "qu'il faut porter les problèmes à l'Assemblée. "Je pense à la prévention des incendies, et à la nécessité d'avoir des moyens de combattre le feu présents dans notre île. Il y a aussi, le grave problème des requins, qui mine le tourisme et l'économie de la mer. On ne peut pas laisser fermer des hôtels, des écoles de surf, des magasins. Il faut réunir tous les acteurs qui travaillent dans le secteur, des associatifs, des professionnelles. Mais on ne peut régler cette question en divisant les Réunionnais : il faut être responsable et apaiser la question", a-t-il poursuivi.

Par ailleurs, pour faire avancer ses vues, Fabrice Hoarau compte sur l'élan donné par son parti à la gauche : "nous avons compté dans la victoire de François Hollande, de manière décisive. C'est dans les communes communistes que François Hollande a fait ses meilleurs scores aux primaires à La Réunion". Il a ensuite ajouté : "c'est dans une commune communiste, au Port, qu'il a fait son meilleur score, et ce pour toute la France. François Hollande a rendu un hommage vibrant à notre combat : nous serons ses interlocuteurs, le parti de la gauche réunionnaise qui parlera avec le Président, sur la base d'un accord honnête et franc. C'est pour cela que je me présente aujourd'hui. Avec un Président de gauche, il faut un député de gauche".

Questionné sur ses adversaires, le candidat du PCR dit voir dans l'initiative de Jean-Marc Gamarus, "une candidature de division, incompréhensible et irresponsable lorsqu'il faudrait l'union de la gauche", et dans celle du maire de Saint-Leu, Thierry Robert, "une candidature de droite qui ne dit pas son nom". "Il a vraiment fallu attendre le dernier moment pour que Mr Robert, qui penchait pour Sarkozy, se décide à annoncer du bout des lèvres, qu'il voterait pour François Hollande. Et encore, c'était un point de vue personnel, non une consigne. Nous, nous soutenons François Hollande depuis longtemps, avant même les primaires", a-t-il noté.

Fabrice Hoarau conclut: "Je suis sur le terrain, et je combats depuis 15 années à l'Etang-salé. Entre Mr Lacouture et moi, cela s'est joué à un cheveu. Il m'a même fait l'honneur de me qualifier d'adversaire coriace. Je continuerai mon travail militant. Mais ne comptez pas sur moi pour déchirer ma chemise et me rouler par terre devant la SRPP".
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !