J-Y Langenier réagit aux propos de J-M Gamarus :

"Je ne suis l'esclave de personne, je suis un homme libre !"


Publié / Actualisé
Ce dimanche 13 mai 2012, lors d'un rassemblement du comité d'Huguette Bello, députée-maire sortante de Saint-Paul (exclue du PCR pour avoir maintenu sa candidature dans la 2ème circonscription), Jean-Marc Gamarus, premier adjoint de la commune de Saint-Paul et soutien de la députée, avait lancé à Jean-Yves Langenier, maire du Port et candidat PCR dans la 2ème circonscription: "va dire à ton maître que nous condamnons l'injustice, la division, la cassure, l'exclusion, la guerre fratricide". Dans une tribune libre, ce dernier réagit. Il déclare : "Je ne suis l'esclave de personne, je suis un homme libre !". Par ailleurs, interrogée ce mercredi 16 mai 2012 suite à la réaction de Jean-Yves Langenier, Huguette Bello n'a pas souhaité réagir afin, dit-elle, "de ne pas attiser une polémique qui n'a pas lieu d'être".
Ce dimanche 13 mai 2012, lors d'un rassemblement du comité d'Huguette Bello, députée-maire sortante de Saint-Paul (exclue du PCR pour avoir maintenu sa candidature dans la 2ème circonscription), Jean-Marc Gamarus, premier adjoint de la commune de Saint-Paul et soutien de la députée, avait lancé à Jean-Yves Langenier, maire du Port et candidat PCR dans la 2ème circonscription: "va dire à ton maître que nous condamnons l'injustice, la division, la cassure, l'exclusion, la guerre fratricide". Dans une tribune libre, ce dernier réagit. Il déclare : "Je ne suis l'esclave de personne, je suis un homme libre !". Par ailleurs, interrogée ce mercredi 16 mai 2012 suite à la réaction de Jean-Yves Langenier, Huguette Bello n'a pas souhaité réagir afin, dit-elle, "de ne pas attiser une polémique qui n'a pas lieu d'être".
"Quelques jours à peine après le 10 mai, "Journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclavage et de leur abolition", instituée en 2006, je suis malheureusement dans l'obligation de lancer un appel à l'apaisement des esprits, au respect, à la raison, mais aussi à la mémoire", souligne Jean-Yves Langenier.

Pour Jean-Yves Langenier, "les tristes déclarations du premier adjoint à la maire de Saint-Paul, contre le maire du Port que je suis, au moment même où sa candidate, Huguette Bello, lance un nouveau mouvement politique, laisseront, à n'en pas douter, une pierre dans le jardin réunionnais". Proférés devant une large assemblée, ces mots, dit-il, "viennent en aval d'une série de provocations répétées".

Le maire du Port cite des "courriers des lecteurs maniant une équivoque sans équivoque", des "propos nauséabonds proférés assez forts pour qu'on les entende", et "particulièrement, un certain meeting tenu au Port, dont tous les termes -- ou presque -- suintaient le mépris, fondés sur une dialectique du maître et de l'esclave assez élaborée pour mordre à répétition la ligne (blanche ?) sans jamais la franchir définitivement".

"A tous ces détracteurs, j'affirme : je ne suis l'esclave de personne. Je suis un homme libre. Libre par mes ancêtres qui ont mis en actes l'épopée du marronnage. Libre par mes prédécesseurs politiques et syndicalistes qui ont ouvert la voie du progrès social pour La Réunion. Libre par mes choix, mes opinions, mes espérances. Libre", poursuit-il.

"Comment ne pas percevoir, à travers cette déclaration répétée : "Va dire à ton maître", et dans les propos qui l'ont suivie, une allusion supplémentaire et théâtrale, voulue, à cet héritage que je porte, et dont on cherche à faire un signe d'infamie ? N'y-a-t-il pas là, comme dans les épisodes auxquels j'ai fait allusion précédemment, une volonté calculée, étudiée, d'humilier ?", s'interroge encore le maire du Port.

Ce dernier note ensuite qu'une "campagne politique, fût-elle menée pour un siège à l'Assemblée Nationale, ne peut justifier pareils égarements. Cela n'a jamais été et cela ne sera jamais ma conception de la politique à La Réunion". "Je le dis clairement : nous ne sommes pas sur la plantation. Et j'entends, en tant qu'homme de conviction, en tant qu'homme de devoir, en tant qu'être humain titulaire d'un droit inaliénable à la dignité, être respecté. Qu'il y ait des confrontations et des controverses, cela tient à la nature du jeu politique", affirme-t-il.

Enfin, si selon lui, la polémique peut être évitée, Jean-Yves Langenier demande "instamment à celles et ceux qui ne peuvent s'empêcher d'y recourir, d'avoir un minimum de contrôle d'eux-mêmes". "Je sais à quel prix on conquiert et on garde sa dignité et je ne laisserai personne, sous quelque prétexte que ce soit, atteindre mon intégrité", conclut-il.

Par ailleurs, contactée, la députée-maire de Saint-Paul Huguette Bello n'a pas souhaité réagir pour ne pas, souligne-t-elle, "attiser une polémique qui n'a pas lieu d'être".

   

4 Commentaire(s)

Anne, Posté
Ca y est , on va souper de l histoire du racisme pendant toute la campagne , savez vous que le sexisme est une forme de racisme ? Et que les injures que témoignages réserve à Mme bello actuellement frisent le crime contre l humanité , allez messieurs les chefs ressaisissez vous les portois veulent un autre débat, vous savez lequel ,
Simplement de la politique: des idées!, Posté
Merci de démontrer une fois de plus M. langenier, que la politique peut etre affaire de sincérité, d'engagement et d'abnégation. Même victime d'attaques scélérate et puantes, vous demeurez humble, pondéré et juste dans vos valeurs et vos combats.
C'est ce genre d'actions ou de propos, digne et hônnete, qui redonne confiance dans le personnel politique.
Séverine, Posté
je vais le dire franchement: j'étais hésitante entre langenier et bello. J'attendai de découvrir le projet de mme bello car celui de langenier me convenait, avant que de me décider.

En fait de projet, je n'ai entendu qu'invectives et nom d'oiseau. Cette fois , ils sont allés trop loin.
Et franchement, je ne voterai jamais pour eux. Quant la limite est franchi cela signifie qu'il n'y a plus de regles, de respect. Et c'est très inquiétant pour la démocratie. Pour le vivre ensemble réunionnais.
Bravo!, Posté
Bravo pour cette belle et ferme réponse aux insultes et calomnies lancées par Gamarus au rassemblement de H. bello! Que celle -ci ne veuille pas même reprendre les propos de son premier adjoint est très révélateur de l'état d'esprit qui règne autour de la députée maire qui là m'a plus que décu!

Une campagne politique ne justifie pas que l'on descende aussi bas! La réunion n'a pas besoin de genre de discours de haine digne du FN!