Elections législatives - 1ère circonscription :

Nassimah Dindar répond au président de la FRBTP


Publié / Actualisé
Nassimah Dindar, candidate du Centre pour la France aux élections législatives dans la 1ère circonscription, a répondu au président de la FRBTP, Stéphane Brossard. Celui-ci avait sollicité les candidats à la députation sur les projets qu'ils défendront en faveur du monde du BTP s'ils sont élus lors du scrutin des 10 et 17 juin 2012. Nous publions dans les grandes lignes la réponse de Nassimah Dindar.
Nassimah Dindar, candidate du Centre pour la France aux élections législatives dans la 1ère circonscription, a répondu au président de la FRBTP, Stéphane Brossard. Celui-ci avait sollicité les candidats à la députation sur les projets qu'ils défendront en faveur du monde du BTP s'ils sont élus lors du scrutin des 10 et 17 juin 2012. Nous publions dans les grandes lignes la réponse de Nassimah Dindar.
"Vos questions sont pertinentes. Je tiens d'ailleurs à vous signaler que la plupart des réponses sont déjà contenues dans le programme que j'ai eu l'occasion de dévoiler aux médias et que vous trouverez sur mon site internet www.nassimah2012.re. (...)

La problématique de la construction de logements et de leur accessibilité est un enjeu majeur à La Réunion. Dans une île où la démographie est galopante, les besoins en logements sont importants : 10 000 nouveaux logements sont nécessaires chaque année pour répondre aux besoins de la population. A cela s'ajoutent les 25 000 demandes de logements sociaux en attente. Dans une île qui comptera un million d'habitants à l'horizon 2030, nous devons d'ores et déjà élaborer une stratégie à la hauteur des enjeux. Il s'agit là d'une responsabilité collective des élus, des bailleurs sociaux et de l'Etat. C'est avec cet esprit de responsabilité que je défendrai l'intérêt de La Réunion au niveau national. (...)

Pour permettre aux Réunionnais de devenir propriétaires de leur terrain, l'intervention de la puissance publique est impérative. L'Etat doit mettre à disposition des bailleurs sociaux le foncier à sa disposition afin de favoriser la construction de logements sociaux et intermédiaires. Cette proposition a été portée par les candidats Bayrou et Hollande lors de la campagne de la présidentielle. Si je suis élue députée, je rappellerais au Président de la République cet engagement qu'il a pris et lui demanderais de l'appliquer. (...)

Je préconise aussi que les situations d'occupants, parfois depuis des décennies, de terrains appartenant à l'Etat, aux communes ou au Conseil général soient régularisées et que ces occupants puissent devenir des propriétaires légitimes, leur permettant ainsi de procéder à des travaux de construction ou de réhabilitation.

Je pense également qu'il est indispensable que soient maintenus les dispositifs de défiscalisation qui permettront de financer la construction des logements sociaux, dont les besoins sont de 5 000 par an, tout comme il me semble indispensable que les crédits de la LBU soient revus à la hausse. (...)

Et, afin que ces logements soient accessibles au plus grand nombre, et ainsi soutenir la demande, je demanderai l'application de la " mutuelle logement " que proposait le candidat François Bayrou. Abondée par l'Etat, cette mutuelle permettrait la prise en charge des cautions et/ou des frais d'agence sous certaines conditions.

Enfin, permettez-moi d'évoquer la question des normes de construction. Je sais qu'il s'agit d'un sujet majeur porté par la FRBTP que je partage totalement. Si les mesures normatives prises au niveau métropolitain sont adaptées à La Réunion, elles ne répondent pas forcément à nos besoins et à nos contraintes. Une concertation approfondie doit se faire entre les instances nationales et les instances locales. (...)

Si je suis élue députée, je demanderais à l'Etat de débloquer une enveloppe exceptionnelle pour lutter contre l'habitat insalubre. La Réunion compte 25 000 logements en état d'insalubrité. La spécificité de notre île doit être prise en compte par l'Etat. Je demanderais à ce qu'une politique volontariste et forte soit mise en oeuvre par l'Etat en partenariat avec les collectivités locales réunionnaises pour résorber définitivement ce fléau. (...)

Si je suis élue députée, je m'engage à défendre les projets des collectivités réunionnaises lorsqu'ils seront portés au niveau national. Je pense notamment à la Route du Littoral actée par le précédent gouvernement et qui ne doit pas être remise en cause malgré le changement de présidence. (...) Je défendrai aussi les grands projets qui pourraient être proposés par les collectivités et qui nécessiteraient le soutien de l'Etat. Je pense au Boulevard Nord par exemple, pour fluidifier l'entrée de Saint Denis après la livraison de la nouvelle route du littoral. (...)Enfin, vous avez raison de le souligner, le câblage de La Réunion est indispensable, et d'une certaine manière il est dû aux Réunionnais au titre de l'égalité de traitement entre les Français. (...)

Je serai un fervent défenseur du projet GERRI que le précédent gouvernement n'a pas mené à son terme. (...)

Je propose la création d'un établissement financier régional spécifique auquel les Collectivités locales seraient associées. Ce serait ainsi la garantie pour ces chefs de TPE et PME d'avoir accès au crédit et ainsi de développer leur société. Et in fine, le développement des sociétés, leur bonne santé, permet, ne l'oublions pas, la création d'emplois.

En conclusion, et bien que n'ayant pas répondu point par point à l'ensemble de vos questions, j'espère avoir pu vous faire part de ma vision globale. (...) J'agirai donc, avec constance et fermeté, pour rappeler que le foncier est rare et cher, que le revenu moyen des Réunionnais combiné au coût des logements ne favorise pas les primo-accessions, que l'augmentation du nombre d'habitants nécessitera la construction de nombreux logements neufs tout en opérant une politique de rénovation de l'habitat. Il y a, de ce fait, des perspectives d'emploi dans le secteur du BTP qui justifient une politique de formation professionnelle et de valorisation des métiers du bâtiment".
   

1 Commentaire(s)

Michel, Posté
Vaut mieux tard que jamais ! une réponse a 2 jours des élections n'est pas crédible quand on sait combien d'argent public est dilapidé par cette candidate qui arrose au conseil général pour entretenir son jardin électoral aucune crédibilité auprès des chefs d'entreprise du bâtiment