Environnement - Projet Best :

Trois nouvelles réserves biologiques pour La Réunion


Publié / Actualisé
L'ONF (office national des forêts) et le conseil général, propriétaire des forêts publiques réunionnaises, ont présenté le projet Best et ses enjeux écologiques au cours d'une rencontre presse le jeudi 5 juillet 2012. Subventionné par l'Europe, ce projet a pour objectif la création officielle de trois nouvelles aires protégées dans les forêts publiques réunionnaises situées hors du Parc national.
L'ONF (office national des forêts) et le conseil général, propriétaire des forêts publiques réunionnaises, ont présenté le projet Best et ses enjeux écologiques au cours d'une rencontre presse le jeudi 5 juillet 2012. Subventionné par l'Europe, ce projet a pour objectif la création officielle de trois nouvelles aires protégées dans les forêts publiques réunionnaises situées hors du Parc national.
Le projet Best vise à augmenter le nombre d'aires protégées à La Réunion et à Mayotte, et à compléter le réseau d'aires protégées existant, dans l'objectif d'assurer la conservation des habitats et des espèces les plus raréfiés et les plus menacés. Il s'agit aussi de doter ces aires protégées de plans de gestion opérationnels pour préciser les actions de conservation à mener et répondre aux enjeux socio-économiques localement identifiés. Enfin, le projet vise à développer les échanges d'expérience et de bonnes pratiques entre La Réunion et Mayotte sur la gestion durable des forêts publiques et la conservation de la biodiversité.

Le projet amènera plus concrètement à la création officielle de trois nouvelles réserves biologiques sur le domaine forestier à La Réunion, en dehors du Parc national. Ces trois réserves viendront compléter le réseau d'aires protégées actuel, en assurant la conservation d'habitats très raréfiés sur l'île : végétation littorale sur trottoirs rocheux, forêt tropicale humide et forêt de montagne dans la côte sous le vent. Ces zones abritent plus d'une vingtaine d'espèces rares et protégées.

Les trois nouveaux projets de réserve biologique concernent le littoral de Saint-Philippe (56 ha), la "forêt de Bois de couleur des bas" (forêt départemento-domaniale de Basse Vallée, forêt domaniale de Mare Longue, forêt départemento-domaniale du Tremblet, forêt domaniale littorale de Saint-Philippe) et les Hauts sous le vent (forêt domaniale des Palmistes et forêt domaniale de Grande Terre).
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !