Tribune libre de Jean-Yves Morel et Françoise Sadon :

Jean-Yves Morel et Françoise Sadon interpellent Roland Robert


Publié / Actualisé
Dans une tribune libre que nous publions ci-dessous, Jean-Yves Morel et Françoise Sadon, conseillers municipaux d'opposition du groupe La Possession Avenir, réagissent suite au positionnement de Roland Robert, maire de La Possession et 1er vice-président du conseil général, délégué à la coopération régionale, pour "une entrée imminente" de La Réunion dans la communauté de développement d'Afrique australe (SADC). Ils tiennent à "attirer l'attention de chacun sur les risques à nous impliquer dans cette communauté". Ils interpellent également Roland Robert sur sa position concernant la gestion des déchets, l'éducation ou encore la gestion communale.
Dans une tribune libre que nous publions ci-dessous, Jean-Yves Morel et Françoise Sadon, conseillers municipaux d'opposition du groupe La Possession Avenir, réagissent suite au positionnement de Roland Robert, maire de La Possession et 1er vice-président du conseil général, délégué à la coopération régionale, pour "une entrée imminente" de La Réunion dans la communauté de développement d'Afrique australe (SADC). Ils tiennent à "attirer l'attention de chacun sur les risques à nous impliquer dans cette communauté". Ils interpellent également Roland Robert sur sa position concernant la gestion des déchets, l'éducation ou encore la gestion communale.

"Monsieur le Maire de la Possession, 1er Vice Président du Conseil Général, Vice-Président du TCO, Président de l’AMR, Vice-Président de l’ACCD’OM s’est récemment longuement exprimé à propos de la nécessité pour La Réunion de se positionner dans la SADC (Communauté de Développement d’Afrique Australe).

Les membres de La Possession Avenir, nous ne doutons pas de la pertinence de M. Roland ROBERT dans son analyse sur les enjeux géostratégiques de la zone. Nous voudrions toutefois faire quelques remarques et ainsi attirer l’attention de chacun sur les risques à nous impliquer dans cette communauté.

Sur le plan de la coopération régionale vous faites preuve des meilleures intentions pour La Réunion en proposant la création de liens en matière d’éducation, d’insertion professionnelle des jeunes et de stratégie alimentaire.

Nous sommes bien évidemment pour les échanges éducatifs qui préparent la jeunesse réunionnaise à s'accommoder à un espace de vie plus vaste,  mais nous sommes plus dubitatif à propos de la matière économique et ce pour plusieurs raisons.

Nos entreprises ont déjà beaucoup de mal à s’implanter dans les pays proches (Maurice, Madagascar) principalement pour des raisons structurelles (coûts de production, réglementation du travail…).

Il y a en second lieu, la corruption endémique très forte dans ces pays qui trouble les règles économiques. Nous nous référons à ce sujet aux travaux de TRANSPARENCY INTERNATIONAL sur la perception dans le monde de la corruption dans ces pays en 2011: http://cpi.transparency.org/cpi2011/interactive/.

De plus, ces pays subissent les mêmes contraintes, majorées, que nous,  notamment en matière d’aménagement et d’emplois. Il ne serait pas illogique de penser qu’ils auraient tendance à privilégier leurs forces vives plutôt que de faciliter l’arrivée de personnes et entreprises venant d’ailleurs.

Par contre, à votre porte M. le Vice-Président du CG, M. le Président de l’Association des Maires de la Réunion, M. le Vice-Président du TCO, M. le Maire, nos communes du Grand Ouest, notre commune, font face à leurs propres contraintes (nombreuses !).

Parmi celles-ci, l’actualité récente a mise en avant la question très importante de la gestion de ses déchets. La Possession et ses administrés comme tous les réunionnais sont concernés par ce problème.

Si La Réunion est placée face à cette situation alarmante c'est parce que les objectifs fixés par le conseil général dans des précédents plans d’élimination des déchets non pas été tenus. En effet, les infrastructures de traitement de déchets et les emplois s’y rattachant n’ont pas été créés par la collectivité départementale.

A cela se rajoute la crainte, légitime des citoyens, d’une détérioration de leur environnement et de leur santé par le fait de certaines solutions envisagées.

Monsieur le maire de La Possession en tant que 1er  vice président du conseil général vous êtes pleinement responsable de la situation d’urgence actuelle.

Une autre contrainte, celle de l’aménagement général de l’île concerne, là aussi, le territoire possessionnais car toutes les projections y prévoient une importante hausse de la population dans les années à venir.

Jusqu’à présent, à ce propos nous n’avons vu de votre part, monsieur le Maire, qu’un empilement de projets de ZAC sans réelle cohérence et en perpétuel remodelage en supprimant des infrastructures indispensables initialement annoncées.

Il eut été souhaitable qu’il existât une vraie logique d’aménagement touchant notamment les zones excentrées.

Le devenir de notre jeunesse face à laquelle l’entité communale est démunie,  intéresse tout autant les administrés. Monsieur, maire, vous ne devez pas ignorer, que les difficultés des jeunes sont les symptômes les plus visibles du mal être collectif d’une population. Tendre vers une ville de 40 000 habitants d’ici 2025, c’est ne pas ignorer que 35% seront des moins 25 ans.

De même, une véritable organisation de la logistique des écoles est attendue pour rendre pérenne ses obligations de service pour de nos enfants. L’école est un atout,  pour mieux préparer nos jeunes à l’emploi et aux responsabilités.

La question de l'environnement, nous le répétons, nous semble importante notamment au niveau communal par  l’accompagnement des mesures de contrôle des rejets de la TAC et la Centrale Thermique du Port et aussi par la mue des zones d’habitations en éco-quartiers, cela créera ces emplois dont nous avons tant besoin! La question de la sécurité des personnes et des biens semble être " à l’étude " mais en attendant ?

Dans le cadre du fonctionnement communal nous sommes favorable à engager avec l’ensemble des organisations professionnelles représentatives, un vrai dialogue social partagé et responsable, sur  le plan de formation des personnels, sur la rémunération des personnels, sur la situation précaire d’encore trop d’employés sur la commune…

Une gestion plus rigoureuse des finances communales notamment en réduisant fortement le poste de charges liées au contentieux et du train de vie de la ville.

D’une manière générale tant dans la relation avec le public qu’avec les fonctionnaires communaux, nous prônons la concertation, la transparence et l’équité dans la prise décision

Nous vous demandons donc, M. le Maire, de mettre autant de verbe à vous exprimer sur ces sujets qu’à propos de la coopération régionale certes utile mais moins importante aux yeux des Réunionnais et de vos administrés surtout, qui vous ont élus Maire de cette ville".

   

Mots clés :

    1 Commentaire(s)

    Tutu, Posté
    bravo jean yves don a li don