Port-Est (actualisé à 18h30) :

La grève maintenue à la Sermat


Publié / Actualisé
Deuxième jour de paralysie au Port-Est ce mardi 5 février. La grève des employés de la Sermat, entamée ce lundi, se poursuit, perturbant les déchargements de navires. Pour rappel, les dockers protestent contre l'attribution de la maintenance des portiques et des chariots cavaliers à la SRMP/Kalmar, une société concurrente. La maintenance avait été confiée à cette société il y a plusieurs années. "Le contrat arrive à échéance. A la Sermat, nous avons tout fait pour que cette maintenance nous revienne. Nous avons les compétences pour le faire. Or, on se dirige vers une reconduction du contrat de la Kalmar alors que des expertises montrent que cela coûte plus cher", explique Danio Ricquebourg, secrétaire adjoint de la CGTR Ports et Docks. "On ne comprend pas cette décision", indique-t-il. Une réunion a eu lieu avec l'inspection du travail ce mardi matin. Cet après-midi, les délégués du personnel de la Sermat avaient rendez-vous avec le président du conseil d'administration, mais cette réunion n'a rien donné de concluant. Une réunion avec le comité d'entreprise aura peut-être lieu ce mercredi. "Nous voulons que la maintenance revienne à la Sermat, cela permettrait un million d'euros d'économies et de pérenniser nos emplois", précise pour sa part Raphaël Gossard, délégué du personnel à la Sermat.
Deuxième jour de paralysie au Port-Est ce mardi 5 février. La grève des employés de la Sermat, entamée ce lundi, se poursuit, perturbant les déchargements de navires. Pour rappel, les dockers protestent contre l'attribution de la maintenance des portiques et des chariots cavaliers à la SRMP/Kalmar, une société concurrente. La maintenance avait été confiée à cette société il y a plusieurs années. "Le contrat arrive à échéance. A la Sermat, nous avons tout fait pour que cette maintenance nous revienne. Nous avons les compétences pour le faire. Or, on se dirige vers une reconduction du contrat de la Kalmar alors que des expertises montrent que cela coûte plus cher", explique Danio Ricquebourg, secrétaire adjoint de la CGTR Ports et Docks. "On ne comprend pas cette décision", indique-t-il. Une réunion a eu lieu avec l'inspection du travail ce mardi matin. Cet après-midi, les délégués du personnel de la Sermat avaient rendez-vous avec le président du conseil d'administration, mais cette réunion n'a rien donné de concluant. Une réunion avec le comité d'entreprise aura peut-être lieu ce mercredi. "Nous voulons que la maintenance revienne à la Sermat, cela permettrait un million d'euros d'économies et de pérenniser nos emplois", précise pour sa part Raphaël Gossard, délégué du personnel à la Sermat.
   

1 Commentaire(s)

Macatia , Posté
Il devrait avoir au moins un service minimum pour la livraison des conteneurs, ce qui n'empêche pas d'avoir une réunion ou des négociations avec les services concernés. Cette grêve pénalise tout les activités liées autour de l'enceinte portuaire.