Le Pape Benoît XVI annonce sa démission le 28 février prochain :

Mgr G.Aubry : "un coup de tonnerre dans un ciel serein"


Publié / Actualisé
L'annonce a fait l'effet d'une bombe ce lundi 11 février après-midi. Lors d'un consistoire au Vatican, le Pape Benoît XVI a annoncé sa démission dès le 28 février à 20 heures, soulignant que ses "forces, en raison de l'avancement de son âge, ne lui permettaient plus d'exercer adéquatement son ministère". Une annonce qui a fait réagir l'évêque de La Réunion, monseigneur Gilbert Aubry, lors d'un point presse en fin d'après-midi. Reprenant les mots du doyen des cardinaux, monseigneur Angelo Sodano, il a noté un "coup de tonnerre dans un ciel serein". Gilbert Aubry a aussi salué un "grand pape" et un "acte de confiance".
L'annonce a fait l'effet d'une bombe ce lundi 11 février après-midi. Lors d'un consistoire au Vatican, le Pape Benoît XVI a annoncé sa démission dès le 28 février à 20 heures, soulignant que ses "forces, en raison de l'avancement de son âge, ne lui permettaient plus d'exercer adéquatement son ministère". Une annonce qui a fait réagir l'évêque de La Réunion, monseigneur Gilbert Aubry, lors d'un point presse en fin d'après-midi. Reprenant les mots du doyen des cardinaux, monseigneur Angelo Sodano, il a noté un "coup de tonnerre dans un ciel serein". Gilbert Aubry a aussi salué un "grand pape" et un "acte de confiance".

Ce lundi après-midi, Gilbert Aubry ne cachait pas sa surprise par la "rapidité" de l’annonce de la démission de Benoît XVI. "Personne ne s’y attendait", déclare-t-il, avant de noter, en substance, que l’hypothèse avait été envisagée dans un livre interview en 2010.

Pour l’évêque de La Réunion, cette démission est un "acte de confiance extraordinaire". Selon lui, Benoît XVI a fait preuve d’une "grande humilité", de "courage" et de "lucidité". Il a ensuite souligné que la date de cette annonce est symbolique car étant le jour de fête de Notre Dame de Lourdes, qui vient à "ceux qui sont affaiblis et malades", mais aussi au début du carême et en pleine année de la foi.

Enfin, saluant un "grand pape", Gilbert Aubry a, toutefois, affirmé qu’il serait hasardeux de dresser le bilan de Benoît XVI. Il s’est dit, par ailleurs, sûr que les différentes histoires de pédophilie qui ont touché l’Église, ont touché le souverain pontife et a rappelé que ce dernier n’avait jamais autant lutté contre la pédophilie. Il a également refusé de commenter l’affaire du père Jean-Marie Vincent, curé de la paroisse de Notre Dame de la Source, condamné en 2000 en métropole, à 5 ans de prison, dont 4 ans ferme pour agression sexuelle sur mineur et interdiction d'approcher des mineurs pendant 5 ans.

Rappelons que Benoît XVI a annoncé sa démission dès le 28 février prochain à 20 heures. Dans un communiqué officiel, il, disait, en effet, être parvenu,  "après avoir examiné sa conscience devant Dieu, à diverses reprises", à la certitude que "mes forces, en raison de l’avancement de mon âge, ne sont plus aptes à exercer adéquatement le ministère pétrinien". "Je suis bien conscient que ce ministère, de par son essence spirituelle, doit être accompli non seulement par les œuvres et par la parole, mais aussi, et pas moins, par la souffrance et par la prière", avait le souverain pontife.

Depuis Grégoire XII en 1415, aucun pape n’avait démissionné.

À noter que le nom du successeur de Benoît XVI sera connu avant Pâques.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !