Une délégation de transporteurs, d'artisans et de terrassiers reçue à la Région :

M.Allamèle: "Didier Robert a eu l'honnêteté de nous dire ce qui ne va pas"


Publié / Actualisé
Une délégation de représentants de syndicats de transporteurs, d'artisans et de terrassiers, a été reçue ce mardi 19 février à l'hôtel de Région, entre autres, par Didier Robert, président du conseil régional, et Dominique Fournel, vice-président. Il s'agissait, selon Michel Allamèle, président de la FTR (fédération des terrassiers de La Réunion) et à la tête de la délégation, de faire le point sur la situation économique et les projets en cours. À l'issue de l'entretien, il s'est déclaré satisfait. "Didier Robert a eu l'honnêteté de nous dire ce qui ne va pas", affirme-t-il. À noter que, invité, Jean-Bernard Caroupaye, président de la FNTR, n'était pas présent.
Une délégation de représentants de syndicats de transporteurs, d'artisans et de terrassiers, a été reçue ce mardi 19 février à l'hôtel de Région, entre autres, par Didier Robert, président du conseil régional, et Dominique Fournel, vice-président. Il s'agissait, selon Michel Allamèle, président de la FTR (fédération des terrassiers de La Réunion) et à la tête de la délégation, de faire le point sur la situation économique et les projets en cours. À l'issue de l'entretien, il s'est déclaré satisfait. "Didier Robert a eu l'honnêteté de nous dire ce qui ne va pas", affirme-t-il. À noter que, invité, Jean-Bernard Caroupaye, président de la FNTR, n'était pas présent.

Selon Michel Allamèle, cet entretien s’inscrit dans une démarche de "dialogue". "Nous voulons éviter au maximum de la confrontation car aujourd’hui, nous voulons comprendre pourquoi nous sommes arrivés là et qu’aucun chantier ne démarre", indique-t-il.

"Didier Robert nous a fait comprendre qu’on retourne à la même table depuis des années pour les mêmes problèmes et que le modèle économique arrive à son terme et qu’il faut le remettre en cause", affirme le syndicaliste. Il souligne que le président de la collectivité s’est montré "sincère" et a reconnu que les entreprises faisaient l’économie de l’île.

Concernant les 8 000 et 10 000 entreprises en difficulté, Michel Allamèle note que ce dernier a proposé une rencontre avec les parlementaires, l’État et les organismes sociaux et fiscaux, où la piste d’un gel des dettes sur cinq ans en attendant la reprise des grands chantiers sera évoquée.

"Didier Robert a eu l’honnêteté de nous dire ce qui ne va pas. Nous avons le sentiment d’être pris en considération", conclut Michel Allamèle, avant d’ajouter que d’autres réunions de travail avec la Région doivent avoir lieu.

   

2 Commentaire(s)

Dada, Posté
fait attention messieurs DES TRANPORTEURS arcp va croire que zot Y TRAVAILLENT a la region po dit que le president les honnetes .
Jean louison, Posté
Allamelle et Atchy ne servent à rien!!! Vous êtes ridicules et aucuns syndicats ne veulent se joindre à eux tellement ils sont obsolètes!!!!