Tentative de coup d'État aux Comores :

Maître Saïd Larifou dépose plainte en France


Publié / Actualisé
À la tentative de putsch qui a été déjouée aux Comores dans la nuit du 20 au 21 avril 2013, Saïd Larifou, avocat franco-comorien et homme politique engagé aux Comores, avait été placé en garde-à-vue avant d'être relâché. Il a décidé de porter plainte contre X. "Il se constitue partie civile dans le cadre de la procédure ouverte dans son pays mais la plainte elle sera déposée en France" indique le journal France-Mayotte matin dans son édition du mardi 14 mai. En effet, pour Saïd Larifou , cité par le quotidien mahorais : "certains éléments impliqués dans cette affaire semblent, l'enquête le confirmera ou l'infirmera, établis en France et à l'étranger".
À la tentative de putsch qui a été déjouée aux Comores dans la nuit du 20 au 21 avril 2013, Saïd Larifou, avocat franco-comorien et homme politique engagé aux Comores, avait été placé en garde-à-vue avant d'être relâché. Il a décidé de porter plainte contre X. "Il se constitue partie civile dans le cadre de la procédure ouverte dans son pays mais la plainte elle sera déposée en France" indique le journal France-Mayotte matin dans son édition du mardi 14 mai. En effet, pour Saïd Larifou , cité par le quotidien mahorais : "certains éléments impliqués dans cette affaire semblent, l'enquête le confirmera ou l'infirmera, établis en France et à l'étranger".

L'avocat poursuit : nous avons donc estimé approprié de saisir la justice française pour que ces gens là ne se sentent pas à l'abri en France puisqu'elle ne peut pas ratifier le traité contre le mercenariat et toute forme de déstabilisation d'un pays et accorder abri et protection à ces personnes".

Le juriste ajoute dans les colonnes de France Mayotte matin : "il faut qu'ils sachent, qu'ils soient franco-comoriens ou français tout court, qu'ils ne peuvent pas trouver refuge en France. Il y a déjà eu des précédents, Bob Denard a été poursuivi et condamné en France et d'autres également. ”
 

Il conclut son interview au quotidien mahorais par une nette prise de position : “y en a marre pour les Comores de subir des assauts de personnes encore nostalgiques de cette période complètement révolue. Le temps est venu pour les Comores de s'inscrire durablement dans une logique constitutionnelle normale. C'est pourquoi, nous démocrates comoriens, nous ne pouvons pas accepter que des aventuriers continuent à déstabiliser notre pays”.

   

1 Commentaire(s)

YOUSSOUF SAIDOU IDJIHADI, Posté
La démocratie ,ce n'est pas le désordres ,ni la barbarie ,ni la haine ,c'est la liberté de respecter les institutions hiérarchiques ,les constitutions ,les lois et les règles .Aimer son pays ,c'est commencé par respecter l'ordre public ,les valeurs républicaines .Le développement d'un pays exige la stabilité, le respect mutuelle .J'exige que la sanction des acteurs de la déstabilisation de notre cher pays soit exemplaire en les rendant en silence .Je souhaite que la France accepte d'accompagner les Comores dans une justice réelle du moment et que les coupables soient un modèle révélateur du temps.La paix et la pérennité doivent régner d'une façon permanente aux Comores comme d'autres Pays .J'aime mon pays rendons ces bourreaux en silence éternelle .