Indexation des primes :

Force Ouvrière Pompiers interpelle Nassimah Dindar


Publié / Actualisé
Force Ouvrière Pompiers interpelle, dans un courrier, la présidente du conseil général et présidente du CASDIS (conseil d'administration du service de secours et d'incendie) Nassimah Dindar. "Il nous est revenu qu'un fonctionnaire de fraîche date au service départemental d'incendie et de secours de La Réunion, fils d'un conseiller général et membre du conseil d'administration du SDIS, aurait sollicité auprès de l'organe délibérant de notre établissement public une protection fonctionnelle au titre de la loi du 13 janvier 1983 afin de poursuivre en justice le secrétaire du syndicat FO Pompiers pour diffamation", écrit l'organisation syndicale.
Force Ouvrière Pompiers interpelle, dans un courrier, la présidente du conseil général et présidente du CASDIS (conseil d'administration du service de secours et d'incendie) Nassimah Dindar. "Il nous est revenu qu'un fonctionnaire de fraîche date au service départemental d'incendie et de secours de La Réunion, fils d'un conseiller général et membre du conseil d'administration du SDIS, aurait sollicité auprès de l'organe délibérant de notre établissement public une protection fonctionnelle au titre de la loi du 13 janvier 1983 afin de poursuivre en justice le secrétaire du syndicat FO Pompiers pour diffamation", écrit l'organisation syndicale.

Selon FO Pompiers, dans ce courrier, "l’élément fondateur de sa démarche semble être les propos contenus dans une lettre signée du secrétaire général adressée à la présidente du CASDIS au sujet de l'indexation irrégulière des primes, notamment celles accordées aux personnels administratifs techniques spécifiques du SDIS".

"Si un fonctionnaire veut rester pour démontrer le caractère diffamant d'un fait réel, libre à lui de le faire, mais à la seule condition qu’il supporte sur ses propres deniers les frais de justice", indique l’organisation syndicale. Elle poursuit : "le fait d’avoir un paternel membre du conseil d’administration qui s’est auto proclamé "élu responsable des ressources humaines" avec une simple délégation pour présider les séances du comité technique paritaire et de la commission administrative paritaire, n'autorise pas tout".

Par ailleurs, dans ce courrier, FO Pompiers pointe également du doigt des "magouillages".

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !