Au lendemain de l'audience sur la DUP :

Route du Littoral : l'Alliance promet une "bataille juridique"


Publié / Actualisé
Ce vendredi 22 août 2013, au lendemain de l'examen au tribunal administratif de leur recours contre la DUP (déclaration d'utilité publique) de la route du Littoral, les conseillers régionaux de l'Alliance ont pris acte de la demande de rejet de leur requête par le rapporteur public. Mais ils déplorent qu'aucune réponse concrète n'ait été opposée à leurs arguments, lors d'une audience qu'ils considèrent comme "le premier acte de la bataille juridique".
Ce vendredi 22 août 2013, au lendemain de l'examen au tribunal administratif de leur recours contre la DUP (déclaration d'utilité publique) de la route du Littoral, les conseillers régionaux de l'Alliance ont pris acte de la demande de rejet de leur requête par le rapporteur public. Mais ils déplorent qu'aucune réponse concrète n'ait été opposée à leurs arguments, lors d'une audience qu'ils considèrent comme "le premier acte de la bataille juridique".

Catherine Gaud et Maya Césari, conseillères régionales d’opposition, ont tenu ce vendredi à rejouer l’audience de la veille au tribunal administratif, s’étonnant que "le rapporteur public n’ait pas répondu point par point aux problématiques que nous avons soulevées". Pour Catherine Gaud, "le rapporteur public s’est aligné sur la position du représentant de la préfecture, qui s’est lui même aligné sur celle du représentant de la Région". Et elle s’interroge : "Est-ce que le gouvernement soutient alors le protocole de Matignon 2 signé par Didier Robert et François Fillon ?"

La membre de l’Alliance a ensuite repris les arguments développés la veille par Me Bonniface pour demander l’annulation de la DUP du projet de nouvelle route du Littoral, invoquant l’avis négatif du CNPN (conseil national de la protection de la nature), le problème des carrières et matériaux, de la soutenabilité financière, ou encore la question des entrées de ville.

Là encore, sur ce dernier sujet, Catherine Gaud ne comprend pas la position du rapporteur public : "Quelle personne sensée peut reprendre les arguments de la Région à son compte et penser que le problème de l’entrée de Saint-Denis n’a rien à voir avec la route du Littoral ?"

Se définissant comme "un petit groupe de citoyens contre des puissants", les conseillers régionaux de l’Alliance interpellent également le gouvernement, qu’ils attendent notamment sur "deux rendez-vous majeurs" : sa décision face l’avis négatif du CNPN et sur l’expertise financière du projet qu’ils réclament.

"L’avis du CNPN sur le projet digue-viaduc est accablant", estime Maya Césari, selon laquelle il serait "incompréhensible que l’Etat s’exonère de suivre cet avis". "Mais un projet tout viaduc ne serait plus en cohérence avec la DUP présentée, nécessiterait une expertise extérieure et serait beaucoup plus cher", ajoute-t-elle, soulignant que "le projet est dans l'impasse".

Il serait tout aussi "incompréhensible" selon elle que "face à l’ampleur financière du projet, l’Etat ne décide pas cette expertise financière", que les membres de l’Alliance réclament.

En attendant la décision du tribunal administratif qui devrait prendre quelques semaines, les conseillers d’opposition sont donc bien décidés à occuper le terrain pour marteler leurs arguments, et rappeler leurs faveurs à un tunnel ferroviaire et routier. Car selon Maya Césari, "on n’en serait pas là si on avait encore le train..."

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Cavachauffe, depuis son mobile, Posté
Mais pourquoi l'alliance denonce pas aussi le transeco 2000 bus dur site propre je n'ai encore rien vu ,mes excuses oui j'ai vu une moquette synthetique( c'etait pour l'inauguration ) dans l'ancien vouloir dedie au tram train sur le pont de la riviere des pluies ,ok la route du littoral mais pas que cela ,et je vous trouve un peut mou les elus de l'alliance a la region