Îles Eparses :

Un voilier pris en flagrant délit de pêche illicite


Publié / Actualisé
Le navire Alchemia, voilier de type catamaran de 13 mètres, a été pris en flagrant délit de pêche illicite ce mardi 19 novembre 2013 au sein de la zone économique exclusive des Glorieuses dans les Terres australes et antarctiques françaises (TAAF). Le voilier été contrôlé par le patrouilleur des Forces armées dans la zone Sud océan Indien (FAZSOI), Le Malin, alors qu'il se situait à environ 3 milles marins du banc du Geyser. À son bord environ 1 m3 d'holothuries (concombres de mer), 6 kg de poissons fléchés, du matériels de pêche sous-marine et 26 blocs de plongée autonome ainsi qu'un compresseur d'air, faits sévèrement réprimés par la réglementation applicable dans les eaux des TAAF. Le capitaine du voilier encourt, pour l'ensemble des infractions relevées à son encontre, des peines allant jusqu'à un an de prison et 675 000 euros d'amende. Le directeur de la mer Sud océan Indien a ordonné, en lien avec les parquets de Saint-Denis et de Mayotte, le déroutement du contrevenant vers l'île de Mayotte, où il devrait arriver, escorté par Le Malin en fin de journée. (Le Malin - Photo Marine nationale)
Le navire Alchemia, voilier de type catamaran de 13 mètres, a été pris en flagrant délit de pêche illicite ce mardi 19 novembre 2013 au sein de la zone économique exclusive des Glorieuses dans les Terres australes et antarctiques françaises (TAAF). Le voilier été contrôlé par le patrouilleur des Forces armées dans la zone Sud océan Indien (FAZSOI), Le Malin, alors qu'il se situait à environ 3 milles marins du banc du Geyser. À son bord environ 1 m3 d'holothuries (concombres de mer), 6 kg de poissons fléchés, du matériels de pêche sous-marine et 26 blocs de plongée autonome ainsi qu'un compresseur d'air, faits sévèrement réprimés par la réglementation applicable dans les eaux des TAAF. Le capitaine du voilier encourt, pour l'ensemble des infractions relevées à son encontre, des peines allant jusqu'à un an de prison et 675 000 euros d'amende. Le directeur de la mer Sud océan Indien a ordonné, en lien avec les parquets de Saint-Denis et de Mayotte, le déroutement du contrevenant vers l'île de Mayotte, où il devrait arriver, escorté par Le Malin en fin de journée. (Le Malin - Photo Marine nationale)

À noter que le voilier, le matériel ainsi que le produit de la pêche feront immédiatement l'objet d'une saisie assortie du dépôt d'une caution. "La procédure sera présentée à la justice appelée à statuer dans un premier temps sur ces mesures conservatoires puis dans un second temps sur son dossier dans son ensemble", indique la préfecture.
 

   

1 Commentaire(s)

Bimalt, Posté
qu'il faudrait encore plus de controles si on veut sauver les oceans espérons que ceux là seront suffisamment "secoués" pour ne pas recommencer.....