"Ras-le-bol fiscal" :

Solidaires Finances Publiques veut "redonner à l'impôt son sens citoyen"


Publié / Actualisé
Ce jeudi 5 décembre 2013, Solidaires Finances Publiques tenait une conférence de presse afin de faire le point sur la réforme fiscale annoncée par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault et d'exprimer sa vision du "ras-le-bol fiscal". Le syndicat réclame davantage de lisibilité et un système plus juste afin de "redonner à l'impôt son sens citoyen".
Ce jeudi 5 décembre 2013, Solidaires Finances Publiques tenait une conférence de presse afin de faire le point sur la réforme fiscale annoncée par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault et d'exprimer sa vision du "ras-le-bol fiscal". Le syndicat réclame davantage de lisibilité et un système plus juste afin de "redonner à l'impôt son sens citoyen".

Il y a un peu plus d’une semaine, Jean-Marc Ayrault annonçait une "remise à plat" de la fiscalité, un vaste chantier auquel Solidaires Finances Publiques a voulu apporter sa pierre ce jeudi. Car pour le syndicat, cette refonte programmée pose pour l’instant plus de questions qu’elle n’en résout.

"On a l’impression qu’il s’agit surtout d’un effet d’annonce, car il n’y a eu aucun constat de fait. Une réforme oui, mais il faut d’abord un vrai constat", confie Magali Billard, secrétaire adjointe de Solidaires Finances Publiques. "Nous demandons de simplifier le système fiscal, afin qu’il soit plus lisible et surtout plus juste. On doit savoir où on va pour partir sur de bonnes bases et ne pas réformer à coup de petites mesurettes qui risquent de compliquer encore les choses", ajoute-t-elle.

Et de prendre l’exemple de la première mesure annoncée par le Premier ministre, à savoir la fusion de la CSG et de l’impôt sur le revenu, soulignant que la première est un impôt proportionnel quand le second est progressif. "On est sceptique car on voit mal comment fusionner les deux, d’autant qu’ils n’ont pas le même but. Tout ça n’est pas assez précis", juge Magali Billard.

Le sentiment de "ras-le-bol fiscal", qu’on entend désormais sur toutes les bouches et à toutes les sauces, Solidaires Finances Publiques ne le nie pas. "Les Français ont l’impression de payer beaucoup car toutes les exonérations sur les grandes entreprises ont été répercutées sur les ménages", explique Magali Billard, estimant également que ce sentiment est "entretenu par une certaine partie de la classe politique".

Pour le syndicat, c’est surtout que les Français ont perdu toute confiance dans ce système fiscal qu’ils ne comprennent plus. "C’est parfois devenu incompréhensible, c’est pourquoi il faut redonner à l’impôt sons sens citoyen, en rendant le système plus juste et en le décomplexifiant", conclut la secrétaire adjointe de Solidaires Finances Publiques.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !