Sermat : La CGTR réagit aux attaques d'Alix Séry :

"C'est tout le syndicat qui est attaqué"


Publié / Actualisé
Le bureau confédéral de la CGTR a tenu à réagir ce mardi 21 janvier 2014 aux attaques indirectes d'Alix Séry à l'encontre de son délégué syndical Danio Ricquebourg.
Le bureau confédéral de la CGTR a tenu à réagir ce mardi 21 janvier 2014 aux attaques indirectes d'Alix Séry à l'encontre de son délégué syndical Danio Ricquebourg.

Sans être nommé dans une lettre confidentielle, le secrétaire général adjoint de la fédération Port et Dock avait été qualifié lundi par le médiateur du conflit de la Sermat d'être un "ennemi intérieur" qui "baise kreol". Le représentant des dockers avait alors répondu que l'ancien directeur du travail était "un pauvre type".

Dans la soirée de lundi, le bureau confédéral de la CGTR a tenu dans un communiqué à apporter sa "solidarité à Danio Ricquebourg" et "aux camarades dockers en lutte." Le syndicat rapporte que "l'agression publique de M. Séry traduit une double violation de son devoir de réserve en ses qualités d'ancien directeur du travail et de médiateur du conflit en cours sur le port", ajoutant que "la violence inouïe de ses attaques entache gravement la neutralité qui sied à ses missions."

"C'est toute la CGTR qui est attaquée consciemment", précise le bureau confédéral. L'organisation syndicale relève que : "c'est au moment où les audits font état de la responsabilité écrasante des acconiers dans la situation de Sermat; que c'est au moment où se clarifie la main mise de ceux ci sur le port, l'éloignant de plus en plus de sa vocation d'outil au service du développement de notre île, qu'intervient cette agression sans nom."

   

2 Commentaire(s)

Citoyens du Sud, Posté
Houu ! la tête du voyou en chef! Ses traits deviennent aussi tordus que sa personnalité!!
Il est temps de faire un bilan de l'action de ce syndicat, non? Qu'ont-ils apporté à l'économie du département, et quelles améliorations de la vie du travailleur réunionnais?!
Claude, Posté
Un jour a force de petite guerre intérieur les syndicats se coulerons eux même.A Méditer.