L'affaire est renvoyée au 4 septembre prochain :

Amiante : De nouvelles preuves contre la SIDR


Publié / Actualisé
Le dossier de l'amiante concernant l'immeuble SKAL au Camélias a été examinée ce jeudi 3 juillet 2014 au tribunal d'Instance de Saint-Denis. L'affaire a été renvoyée au 4 septembre 2014 en raison d'arguments inédits apportés par les locataires. Ces nouveaux éléments proviennent de la lettre de licenciement du directeur général adjoint de la SIDR, datée du mois d'avril 2014. "Dans ce courrier, le directeur général de la SIDR reproche à son directeur général adjoint un certains nombre de manquements, de non-respect d'obligations relatifs à l'amiante concernant les locataires des logements Camélias", explique maître Selly, l'avocat des locataires lésés. "Nous avons la preuve que la SIDR a failli a ses obligations", indique-t-il.
Le dossier de l'amiante concernant l'immeuble SKAL au Camélias a été examinée ce jeudi 3 juillet 2014 au tribunal d'Instance de Saint-Denis. L'affaire a été renvoyée au 4 septembre 2014 en raison d'arguments inédits apportés par les locataires. Ces nouveaux éléments proviennent de la lettre de licenciement du directeur général adjoint de la SIDR, datée du mois d'avril 2014. "Dans ce courrier, le directeur général de la SIDR reproche à son directeur général adjoint un certains nombre de manquements, de non-respect d'obligations relatifs à l'amiante concernant les locataires des logements Camélias", explique maître Selly, l'avocat des locataires lésés. "Nous avons la preuve que la SIDR a failli a ses obligations", indique-t-il.

Pour rappel, cette procédure avait été engagée par les locataires qui n'avait jamais eu écho des résultats du diagnostic amiante rendus en 2010. Les habitants réclamaient qu'une nouvelle expertise soit faite, la première les laissant perplexe. "La SIDR s'appuie sur l'expertise réalisée en 2012 pour se prononcer et affirmer que l'amiante détectée à l'époque ne présente aujourd'hui aucun danger", souligne Me. Selly.

Durant deux ans, des travaux de démolition ont été effectués et stoppés suite à la découverte d'amiante. La SIDR reste ferme et s'oppose à renouveler cette expertise : "Nous avons payés des frais pour avoir une expertise qui a été concluante. Nous estimons qu'il n'y a pas d'intérêt sachant qu'il n'y a de danger pour personne", déclare l'avocat du bailleur social.

"Avant de dire que ce n'est pas dangereux, il faut faire l'expertise et nous dire le taux dans chaque appartement", reproche Sarah, une locataire en colère.  "Dire qu'il n'y a pas d'amiante dans certains appartements, ça me choque. S'il y en a chez mes voisins d' à côté, moi qui suis au milieu ça m'étonne qu'il n'y en ait pas", continue l'habitante des Camélias. "C'est notre santé en jeu, la santé ça ne se paye pas", rétorque une autre locataire. Les habitants des l'immeuble des Camélias attendent que justice soit faite. L'affaire a donc été renvoyée au 4 septembre 2014 pour plaider ce dossier. "Les locataires ont suffisamment attendus", affirme Me Selly.

Coralie Georget pour www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Jojo, Posté
et la aujourd'hui miracle on recoit un courrier de la sidr disant que les travaux vont demarré le 1er juillet 2014 et on es le 3 . courrier editer le 27 juin . le comble sa c bebete la nuit car a 16h30 pas de courrier a 18h courrier non pour faut dire papier mise dans les boite aux lettre . voila comment on nous traite merci la sidr ....