A l'occasion de la conférence sociale :

La CGTR fait son bilan


Publié / Actualisé
L'ordre du jour, c'est la situation sociale. Dans le cadre de la conférence sociale initié par le gouvernement sur le plan national, Ivan Hoareau, secrétaire général de la CGTR, a tenu ce lundi 7 juillet 2014 à faire une analyse de la situation à La Réunion. Une conférence sociale qui s'inaugure avec de "gros orages", selon le syndicaliste. "L'annonce du gouvernement sur le recul de la question de la pénibilité, sur les seuils sociaux, sur les temps partiels décrédibilise certaines associations syndicales et remet en question l'équilibre des signataires de la réforme de 2003 sur les retraites", explique le représentant syndical.
L'ordre du jour, c'est la situation sociale. Dans le cadre de la conférence sociale initié par le gouvernement sur le plan national, Ivan Hoareau, secrétaire général de la CGTR, a tenu ce lundi 7 juillet 2014 à faire une analyse de la situation à La Réunion. Une conférence sociale qui s'inaugure avec de "gros orages", selon le syndicaliste. "L'annonce du gouvernement sur le recul de la question de la pénibilité, sur les seuils sociaux, sur les temps partiels décrédibilise certaines associations syndicales et remet en question l'équilibre des signataires de la réforme de 2003 sur les retraites", explique le représentant syndical.

"Ces annonces ne vont pas dans le sens du gouvernement d'établir véritablement le dialogue social. C'est une alliance bien commune contre les salariés d'une façon générale à laquelle il faut s'y opposer", souligne le secrétaire général de la CGTR.

Les conflits symbolisés par la Sermat et la Cilam montrent la difficulté d'établir un dialogue social dans le climat actuel où "le patronat exerce un pouvoir de force", indique-t-il.  La CGTR reste mobilisée dans ces deux conflits. A la veille de la commission départementale de conciliation de la Cilam, la CGTR dispose d'éléments nouveaux.

"L'intervention des forces de l'ordre à la veille de la conciliation porte atteinte à notre droit de grève", déplore Ivan Hoareau. Représentée lors de cette commission, la CGTR espère faire accélérer la situation des salariés. "Le patronat a l'obligation d'être présent, mais n'est pas tenue d'avoir des résultats", déplore-t-il.

Coralie Georget pour www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !