Tribune libre de Laurence Lougnon et Christian Félicité :

Que les employés communaux cessent d'être les victimes des élections !


Publié / Actualisé
Nous avons été contactés par un certain nombre d'employés communaux qui ont souhaité partager avec nous la situation dans laquelle ils se sont retrouvés peu après les élections de mars 2014. Avec nous aujourd'hui, nous avons Josélito ZUYDERZEE., Bernard GALAOR., Philippe BASQUAISE qui viennent témoigner. Yvette MARIE FRANCOISE n'a pas pu être présente pour raisons médicales. Tous trois étaient employés à la commune de Saint-Paul, durant plusieurs années. Tous trois ont été licenciés par Sandra Sinimalé, quelques semaines seulement après les élections de mars 2014, sans raisons professionnelles.
Nous avons été contactés par un certain nombre d'employés communaux qui ont souhaité partager avec nous la situation dans laquelle ils se sont retrouvés peu après les élections de mars 2014. Avec nous aujourd'hui, nous avons Josélito ZUYDERZEE., Bernard GALAOR., Philippe BASQUAISE qui viennent témoigner. Yvette MARIE FRANCOISE n'a pas pu être présente pour raisons médicales. Tous trois étaient employés à la commune de Saint-Paul, durant plusieurs années. Tous trois ont été licenciés par Sandra Sinimalé, quelques semaines seulement après les élections de mars 2014, sans raisons professionnelles.

Entre “chantage pré-électoral” et “chasse aux sorcières” les employés municipaux sont toujours perdants. Il faut que cela cesse. Au-delà de leur situation personnelle, c’est le fragile équilibre financier de toute leur famille qui se trouve menacé, avec des conséquences sociales et sanitaires, parfois, dramatiques.

Le travail rend l'homme indépendant, car il peut satisfaire ses propres besoins. C'est un moyen d'intégration dans la société. Etre chômeur, c'est l'exclusion sociale. Le travail garantit aussi la dignité de la personne. La sanction de "fin de contrat", décidée unilatéralement par une poignée d'élus sans scrupule qui foulent au pied la dignité de l'homme, relève de l'arbitraire.

Ce qui est très grave, c’est que le clientélisme est tellement répandu à tous les niveaux (en particulier au niveau de l'emploi) qu'il en est même rentré dans les mœurs. Il est devenu naturel de nos jours au niveau politique de " jeter " des êtres humains et leur famille dans la misère. Cette situation cautionnée par une très grande majorité de politiques de tous bords est inacceptable met en danger la démocratie et la justice sociale.

Il est illégal de remettre sur les postes occupés par les CDD "remerciés" d'autres personnes. N'oublions pas que ces "licenciés" ont construit leur vie selon les ressources régulières perçues ces dernières années. Ils se retrouvent aujourd'hui remerciés sans motif et sans préavis...

Nous demandons à la Municipalité  la réintégration immédiate de ces personnes, surtout lorsque leurs postes ont été réoccupés par des nouveaux. Et nous faisons le vœu en ce début d’années que les employés communaux cessent d’être les victimes des élections passées et à venir.

   

2 Commentaire(s)

Marredelapolitique, depuis son mobile, Posté
Aujourd'hui vous êtes les chassés. hier vous etiez les chasseurs. Patience, demain vous serez à nouveau les chasseurs. C'est comme ça dans les communes. Vous êtes bien placés pour le savoir.
Lol, Posté
Mme LOUGNON et M. FELICITE vous faisiez pari de l'équipe BELLO de 2008 à 2014 et la BELLO a fait la même chose et vous avez été complice de tout ça et aujourd'hui vous voyez ce qui se passe quand vous êtes dans l'opposition.