Transport aérien :

La compagnie comorienne Inter îles menacée de fermeture


Publié / Actualisé
Devant faire face au paiement de taxes internationales pour aller à Mayotte, la compagnie aérienne comorienne Inter îles pourrait être contrainte de mettre la clé sous la porte.
Devant faire face au paiement de taxes internationales pour aller à Mayotte, la compagnie aérienne comorienne Inter îles pourrait être contrainte de mettre la clé sous la porte.

Créée en 2008, la compagnie nationale comorienne est soumise depuis son origine à des taxes d’aéroport national sur l’ensemble de l’archipel, rappelle RFI. " Mais les autorités lui demandent de régler des taxes internationales pour aller à Mayotte, à la fois département français et île comorienne, sauf que la compagnie n’y arrive plus ", poursuit la radio sur son site internet.

Ces taxes internationales sont demandées non par les autorités françaises, mais par la direction de l’aéroport comorien de l’île d’Anjouan (reconnaissant ainsi indirectement la souveraineté française sur Mayotte...), qui s’appuie sur " un arrêté ministériel datant d’il y a trois ans et qui n’a jamais été respecté ", précise RFI, selon laquelle il s’agirait surtout d’une " guerre intestine entre d’une part le directeur de l’aéroport d’Anjouan soutenu par le ministère des Transports et d’autre part la direction de la compagnie Inter îles ".

Des négociations ont été entamées pour mettre fin à ce " bras de fer " et tenter de sauver les près de 70 emplois de la seule compagnie qui assure une évacuation sanitaire d’urgence depuis les Comores.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !