Saint-Leu :

Campagne sucrière : les planteurs réclament de la main d'oeuvre pour boucler la saison


Publié / Actualisé
Dans un courrier adressé directement au préfet de la Réunion à qui ils demandent une audience, une soixantaine de planteurs réclament de la main d'oeuvre supplémentaire pour pouvoir clôturer la campagne sucrière. Une initiative qui fait suite à un rassemblement qui a eu lieu le dimanche 11 octobre 2015.
Dans un courrier adressé directement au préfet de la Réunion à qui ils demandent une audience, une soixantaine de planteurs réclament de la main d'oeuvre supplémentaire pour pouvoir clôturer la campagne sucrière. Une initiative qui fait suite à un rassemblement qui a eu lieu le dimanche 11 octobre 2015.

"Il faut impérativement trouver de la main d'œuvre saisonnier pour pouvoir couper tous les cannes avant la fin de la campagne sucrière. L'embauche devrait être même renforcée car à l'approche de l'été, le rendement du coupeur va diminuer progressivement avec la chaleur", peut-on lire dans le courrier adressé à la Préfecture de la Réunion. Quelques semaines seulement, après la grève, des planteurs de l’usine du Gol, à Saint-Louis.

Ils disent exprimer leur inquiétude "face à la pénurie de coupeurs de canne sur le secteur ", ce qui aurait de répercussions immédiates sur la récolte et la campagne. Des conséquences importantes, d’autant que " cette année la production de canne est en progression sur la zone".

Le constat est pour eux sans appel : "Compte tenu de l'augmentation de la production, il y a nécessité d'augmenter les quotas d'apport des planteurs de Stella".

Le président de la CGPER, Jean-Yves Minatchy, qui signe le courrier demande ainsi "une audience sur le sujet afin d’examiner les pistes de solution" et "une intervention auprès des services de Pôle Emploi".

www.ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

Timoun, Posté
Et pourquoi pas utiliser les personnes percevant le Rsa
Ti manioc, Posté
Ils veulent quoi ? Le beurre et l'argent du beurre ? Combien est payé un coupeur de cannes on peut savoir ? Ils ne vont pas oser demander des subventions pour payer les coupeurs ou des emplois précaires (cae cui ...) au préfet quand même ?? Non, ce n'est pas le genre de la maison... (où sont les offres d'emplois de ces planteurs ???? On peu savoir ?)