Sainte-Rose :

Arche de Noé : les chats et les chiens appellent à l'aide


Publié / Actualisé
La présidente de l'Arche de Noé - Droit de Cité, qui accueille des chiens et des chats depuis 20 ans, demande au plus grand nombre de l'aider à sauver son refuge à Sainte-Rose. Avec des frais de 10 000 euros chaque mois pour le secours 80 chiens et 60 chats ainsi que pour l'emploi de trois personnes au refuge, la présidente n'arrive plus à subvenir au fonctionnement de sa structure.Nous publions son appel à la générosité.
La présidente de l'Arche de Noé - Droit de Cité, qui accueille des chiens et des chats depuis 20 ans, demande au plus grand nombre de l'aider à sauver son refuge à Sainte-Rose. Avec des frais de 10 000 euros chaque mois pour le secours 80 chiens et 60 chats ainsi que pour l'emploi de trois personnes au refuge, la présidente n'arrive plus à subvenir au fonctionnement de sa structure.Nous publions son appel à la générosité.

"Avec un montant ridicule de 8 681,12 euros* de subventions accordées en 20 ans d’existence, l’Arche de Noë et ses animaux n’en peuvent plus de galérer. C’est la raison pour laquelle sa présidente doit se résoudre, en cette fin d’année, à lancer un appel à la générosité des amis des animaux et de son Arche de Noë, afin de surmonter un nouveau cap difficile qui risque fort de transformer l’Arche de Noë en Radeau de la Méduse.

Une situation induite par les obstacles successifs mis en travers de sa route depuis des mois, voire des années, par le désintérêt des collectivités en charge de la gestion de l’errance dans l’Est et par l’absence de politique de prévention, l’essentiel des fonds de la Cirest étant affecté à l’euthanasie de milliers de chiens et de chats depuis des années et à la construction rénovation d’une fourrière intercommunale dont le coût définitif avoisine le million d’euros contre les 500 000 euros prévus pour le marché public.

Par ailleurs, les revirements politiques successifs qui ont conduit à l’abandon pour l’heure de la réalisation d’une structure refuge intercommunale et les refus successifs de mettre à disposition de Droit de Cité un foncier communal ou intercommunal qui aurait pourtant permis de soulager l’Arche de Noë, ont au contraire contribué à accentuer la précarité de sa situation.

Ainsi, alors que les deux autres associations de protection animale disposant d’un refuge (SPA du Sud à Saint-Pierre, SPA de la Réunion au Tampon et à Sainte-Marie) bénéficient pour leurs animaux et c’est tant mieux, de locaux de refuges neufs et fonctionnels mis à leur disposition par leurs collectivités respectives, et de subventions de fonctionnement appropriées, l’Arche de Noë doit assumer seule l’existence de son refuge.

Avec ses trois salariés, ses 80 chiens et ses 60 chats en refuge, en pensions et en familles d’accueil, sa présidente doit faire face chaque mois à un véritable défi pour réunir les 10 000 euros nécessaires au fonctionnement de l’Arche de Noë. Un refuge qui devra d’ailleurs quitter prochainement son siège historique de Sainte-Anne alors qu’il reste encore tant à réaliser pour l’accueil des animaux à Sainte-Rose.

Et c’est pour emmener ses animaux à bon port, pour faire avancer son projet de Sainte-Rose afin d’offrir enfin à ses pensionnaires un havre de paix facilitant leur adoption, et des conditions de travail dignes à ses agents de chenils, que Droit de Cité lance sa fusée détresse aujourd’hui.

Vous pouvez, en adressant votre don à Droit de Cité,  empêcher notre Arche de Noë et ses animaux de sombrer et lui remettre le vent en poupe pour continuer sa route de la protection animale à la Réunion.

Merci infiniment de votre soutien."

Astrid PUISSANT
Présidente de l'Arche de Noé – 70 RN2 – Saint-François - 97437 Saint-Anne
Tél. 0262 51 38 60 – GSM : 0692 36 28 09 - Adresse mail : [email protected]

Question de la présidente  : "nos chiens et chats seraient-ils de droite ou de gauche ? Après 20 ans de traversée sur un océan agité, notre Arche de Noé et ses animaux ne doivent pas couler. Merci de nous aider à surmonter ce nouvel obstacle afin d'emmener nos animaux à bon port. Aujourd'hui, seul un sursaut de solidarité pourra tirer d'affaires notre Arche de Noé et ses animaux."

* Les subventions publiques à hauteur de 8 681,12 euros sont détaillées par Astrid Puissant et  proviennent des subventions suivantes: "subvention de 7000 euros accordée par la Cirest sous la mandature de jean-Marie Virapoullé à la demande du sous-préfet de Saint-Benoit, Monsieur Villeneuve, une subvention de 1681,12 euros a été accordée par la mairie de Saint-Benoit sous la mandature de Bertho Audifax, ainsi que 20 bons de stérilisations par an accordés par la Cirest, des bons supprimés depuis la mandature de Philippe Leconstant à la tête de la communauté de commune de l'Est".
 

   

Mots clés :

    2 Commentaire(s)

    Hervé deljurie , Posté
    Bjr jai vue votre annonce je suis intéressé Ses bouleaux
    Tatavava, Posté
    En filigrane, on comprend très bien que ces pauvres animaux sont victimes eux aussi, de la corruption de nos édiles locaux, cf la construction de la fourrière qui fleure bon l'attribution des peaux de vin entre gens choisis ! quelle honte pour cette île !