4G :

L'appel d'offre est lancé pour l'attribution des fréquences


Publié / Actualisé
Le gouvernement annonce, dans un communiqué diffusé ce mardi 2 février, le lancement d'appels d'offre afin d'attribuer d'ici automne 2016 de nouvelles fréquences. Celle-ci permettront de développer la 4G (très haut débit mobile) en Outre-mer.
Le gouvernement annonce, dans un communiqué diffusé ce mardi 2 février, le lancement d'appels d'offre afin d'attribuer d'ici automne 2016 de nouvelles fréquences. Celle-ci permettront de développer la 4G (très haut débit mobile) en Outre-mer.

Emmanuel Macron, ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique, George Pau-Langevin, ministre des Outre-mer, et Axelle Lemaire, secrétaire d’État chargée du Numérique, lancent ce mardi 2 février 2016 des appels à candidatures pour l’attribution de nouvelles fréquences en Guadeloupe, en Guyane, à La Réunion, en Martinique, à Mayotte, à Saint-Martin et à Saint-Barthélemy. Cette décision intervient sur proposition de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep).

Ces appels  à candidatures permettront d’attribuer, pour la première fois en outre-mer, les fréquences nécessaires au très haut débit mobile (4G), dans les bandes 800 MHz et 2 600 MHz,  ainsi que les capacités encore disponibles dans des bandes de fréquences déjà attribuées (900 MHz, 1 800 MHz, 2 100 MHz). "Ces fréquences nouvelles permettront à la fois d’améliorer rapidement la qualité de service des réseaux 3G existants et d’assurer le déploiement rapide de la 4G", assure le communiqué commun des trois ministres.

"Les candidats seront invités à proposer des offres abordables afin d’assurer l’accès de tous aux services de téléphonie mobile à destination de l’outremer et de la métropole et des offres enrichies proposant des volumes élevés de communications et de données", propose l'Arcep dans ses procédures de sélection. L'objectif affiché : la lutte contre la vie chère.

Les fréquences seront définitivement attribuées d’ici l’automne dans l’ensemble des territoires concernés. "Dans l’Océan indien, à La Réunion et Mayotte, le Gouvernement a souscrit à la proposition de l’Arcep de fixer une date d’ouverture des services à très haut débit mobile (4G) différée au 1er décembre 2016, afin d’y préserver la dynamique concurrentielle, au bénéfice des consommateurs locaux", précise le communiqué.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !