L'ancien président était en visite à La Réunion ce vendredi 27 mai 2016 :

Droit du sol, primaires à droite, canne à sucre : les principales déclarations de Nicolas Sarkozy


Publié / Actualisé
Au fil de la journée, Nicolas Sarkozy a distillé ses déclarations à la presse et aux élus et décideurs qui sont venus le rencontrer. De la sauvegarde de la filière canne, aux violences à Mayotte, en passant par son éventuelle candidature à la présidentielle 2017, voici les principales déclarations de Nicolas Sarkozy.
Au fil de la journée, Nicolas Sarkozy a distillé ses déclarations à la presse et aux élus et décideurs qui sont venus le rencontrer. De la sauvegarde de la filière canne, aux violences à Mayotte, en passant par son éventuelle candidature à la présidentielle 2017, voici les principales déclarations de Nicolas Sarkozy.

- Sur l'agriculture et la canne

"La canne pour La Réunion c’est 18.300 emplois, certains disent même 23 000,  C'est l’équivalent de 4, 5 millions d'emplois pour la métropole. Le tourisme ne peut se développer que s'l y a une activité de production. Ceux qui diront qu’on remplacera la production par le tourisme mentent parce qu’il n’y aura pas de tourisme, il n'y aura pas notamment le tourisme vert s'il n’y a plus de production. on conçoit qu’il est pas possible de continuer à vivre avec 30% de chômage qui monte à 60% pour les jeunes, la canne n’est pas négociable pour l’avenir de l’île. La canne c’est au fond la meilleure façon d’investir de l’argent public pour créer des emplois". Pour Nicolas Sarkozy, il n'y a pas de besoin de demander l'autorisation de Bruxelles. La commission est compétente quand il y a une rupture de concurrence, en quoi aider à produire les cannes à la Réunion poserait problème. On ne se retrouve en concurrence avec aucun de nos partenaires européens, puisqu'aucun ne produit de la canne. Je considère qu'une aide 38 millions c’est le minimum absolu, je prends cet engagement devant vous, sinon la filière meurt et ça coûtera beaucoup plus cher à la France en destruction d’emploi, en terrain qui ne seront plus utilisés".

- Sur la crise à Mayotte -  3 propositions : aider les Comores, adapter le droit du sol et sécuriser

"Il va falloir se mettre autour d'une table avec les Comores, pour collaborer davantage, parce que la meilleure façon d'éviter l'immigration illégale à Mayotte, c'est que ces malheureux ne partent pas des Comores. Il faut notamment aider les Comores à avoir des maternités pour éviter qu'autant de mères comoriennes viennent accoucher à Mayotte. Il faudrait notamment une adaptation du droit du sol. Evidemment, je ne souhaite pas un droit du sol différent en Outre-Mer. Mais je souhaite que le droit du sol soit une présomption et pas un droit absolu. Si les parents d'un enfant né en France sont en situation irrégulière au moment de la naissance de l'enfant, ce droit à la nationalité ne doit pas être donné. Par ailleurs, on ne peut pas laisser 250 000 habitants de Mayotte avec le sentiment d'être abandonnés. Il faut que le gouvernement donne à Mayotte les renforts nécessaires dont le département a besoin pour maintenir le calme. Aucun territoire ne peut résister à une telle pression migratoire, 50% des étrangers sont en situation illégale, c'est insupportable. Laisser la moitié de la population ainsi, ce n'est pas normal et c'est le Président de la République qui l'a voulu".

- Sur la raison de sa visite et sa candidature aux présidentielles de 2017

"Il normal que le chef de l'opposition vienne à La Réunion pour dire les perpectives dans le cadre de l'alternance. J'ai un travail à terminer. Ce travail, c'est de permettre à la formation politique que j'ai retrouvé dans une situation de division extrême, de préparer les législatives. Ensuite, les primaires, c'est début septembre, on aura l'occasion d'en reparler.

L'ancien président n'a pas hésité à critiquer son successeur, parfois à mots couverts, parfois directement. "Je n'accepte pas ce manque de respect à l'endroit des outre-mer, où tant d'hommes politiques viennent pour prendre des engagements qu'ils ne tiendront pas. Pour Monsieur Hollande, ça a marché une fois. Mais ici, à La Réunion, on a de la mémoire et ça ne marche qu'une fois. Si je suis reçu aussi gentiment et avec autant d'enthousiasme par les Réunionnais, c'est parce qu'ils savent une chose, c'est que je n'ai pas menti et qu'ils peuvent construire l'avenir avec des gens qui ne mentent pas. Le mensonge crée la fureur. On peut avoir des faiblesses, mais mentir sciemment, c'est détruire l'avenir".

   

6 Commentaire(s)

Neness, Posté
Je le trouve toujours aussi risible c'est un sacré marrant ...en tout cas dans son camp beaucoup veulent lui régler son compte , il est carbonisé de tous les cotés !
Bayoune, Posté
" 50% des étrangers sont en situation illégale, c'est insupportable." Non Sarkoléon, les Comoriens ne sont pas des étrangers chez eux à Mayotte territoire de la RIM. Au regard des lois internationales ce sont les français qui sont des étrangers sur le territoire Comorien. Pour solutionner la crise à Mayotte, ce serait la rétrocession de ce territoire subtilisé en violation des lois internationales à la République des Comores
Grnoumpf, Posté
"Le droit du sol fait partie de nos traditions. Le droit du sang, y'a toujours quelqu'un qui pense voir jusqu'à où ça doit remonter. Est-ce que c'est les parents? Les grands-parents?", (Sarkozy, 2003). "un enfant né en France a le droit de demander d'être Français. C'est comme ça que la France est devenue un grand pays", ajoutait-il à l'époque... Tout et son contraire pour exister dans les médias !!!
Grnoumpf, Posté
Sarkozy est allé présenter ses voeux en outre mer 3 années consécutives (Le voyage de Sarkozy à La Réunion en 2010 a coûté plus d’1,6 million d’euros pour un déplacement de 24 heures : Pas moins de quatre avions ont été mobilisés pour l’occasion ; À ces 815 000 euros, s’ajoutent les frais engendrés -coût inconnu- par le déplacement des 4 hélicoptères qui ont transporté le président et ses proches entre Saint-Pierre et Saint-Denis. Climatisation : 50 000 euros Frais de bouche : 23 000 euros Invitations : 17 000 euros )... Et tout ce qu'il sait faire aujourd'hui, c'est parler de son successeur pour essayer de faire oublier son propre bilan !
GERARD97460, Posté
Plus gros menteur que lui il n'y en a pas eu et il ose encore de dire que son successeur est un menteur, mais il oublie qu'il est le premier des menteurs de la république française. Qu'est ce qu'il a dit lors de l'élection présidentielle de 2012, à sa sortie de l'Elysée lors des passassions de pouvoir, comme il a été battu qu'il se retirait de la vie politique pour toujours et le revoilà de nouveau au commande de son parti, pourquoi est-il là, mystère et boule de gomme, il prend la population pour des imbéciles cet idiot de personnage publique, grand dépensier des sous de l'état et bling-bling national sur les comptes publics, il y en a un qui lui ressemble parfaitement bien en ce moment à la Réunion, mais le jour qu'il sera mis au rebut on entendra plus parler de lui à tout jamais, sans le nommé pour le moment.
Gemijuco, Posté
C'est drôle quand même, pourquoi lorsqu'il était Président N. SARKOZY n'a rien fait ?? à part une kyrielle de taxes que l'on continue de payer !) Lorsqu'ils sont dans l'opposition, il y a beaucoup d'idées, mais une fois à la tête du gouvernement, il ne se passe rien, à part des taxes et des impôts nouveaux ! c'est pire qu'un lavage de cerveau ....Mais il faudrait faire quelque chose RAPIDEMENT concernant l'immigration sauvage ou pas, trop c'est trop.