Tribune libre de Pascal Plante :

Chambre de Commerce et d'Industrie : une institution de plus ?


Publié / Actualisé
Pour Pascal Plante, élu CGPME à la CCIR, "la CCI de La Réunion n'est pas uniquement un bâtiment rue de la Victoire à Saint-Denis". Nous publions son communiqué en intégralité.
Pour Pascal Plante, élu CGPME à la CCIR, "la CCI de La Réunion n'est pas uniquement un bâtiment rue de la Victoire à Saint-Denis". Nous publions son communiqué en intégralité.

Pendant longtemps, elle n’a été qu’une institution qui gérait l’aéroport et le port… Aujourd’hui encore, les Chambres de Commerce et d’Industrie peuvent sembler une institution sans réel pouvoir, sans répercussions directes sur le quotidien des citoyens. Mais la CCI de La Réunion n’est pas uniquement un bâtiment rue de la Victoire à Saint-Denis, c’est aussi le porte drapeaux de nos entreprises des secteurs industriel, du commerce et des services. Demain et comme elle ne l’a peut être jamais fait, la CCIR doit développer et animer le tissu économique local et contribuer à l’attractivité de notre territoire.

Les CCI exercent une mission de service public et d’intérêt général. Elle représentent les intérêts de l’industrie, du commerce et des services auprès des pouvoirs publics et des autorités étrangères. Elles sont donc un rouage décisif dans le tissu et le développement économique du territoire tout en étant un soutien majeur pour les entreprises.

Si l’entrepreneur est par nature seul, il doit pouvoir compter sur l’institution qui le représente.. A la CGPME Réunion, nous sommes particulièrement sensible à cette question et nous sommes convaincus que la CCIR doit être la maison de toutes les entreprises réunionnaises, pour qu’elles trouvent les réponses à leur nombreuses attentes.

D’autant que les CCI accompagnent les entreprises tout au long de leur vie : dans leur développement, au moment où elles font face à un virage dangereux, alors qu’elles se tournent vers l’international, etc. En 2014, la CCI de La Réunion a contribué à former 10 000 personnes (8 000 adultes et 2 000 jeunes), et près de 4000 entreprises se sont crées. Nous sommes convaincus que nous pouvons, que nous devons faire plus, améliorer le taux d’accompagnement des entreprises existantes, encourager et accompagner les créateurs d’entreprises… ! Il y a 32 000 entreprises à La Réunion, ressortissantes de la CCI. Elles ont besoin d’une CCIR dynamique, active et de proximité.

Car derrière toutes ces entreprises, c’est un véritable maillage du territoire qui se développe, avec des enjeux importants en termes d’emplois, d’attractivité et de dynamisme économique. Cette valeur d’ancrage territoriale est un pilier de notre CGPME Réunion et nous sommes convaincus qu’il faut démultiplier cette politique à l’échelle de la CCIR. La loi " Notre " par exemple, précise les compétences décentralisées de l’Etat vers les collectivités locales et particulièrement les Régions.

L’institution qui légitimement représente les entreprises du territoire est bien la CCIR. Son rôle de défense des intérêts de ses ressortissants, de représentation des forces économiques locales, de proposition en matière de devenir économique s’en voit particulièrement renforcé.

La tâche des élus à la CCIR est donc immense : élaborer et mettre en œuvre des programmes d’actions économiques pour favoriser la création et le développement des TPE/PME, doter notre territoire d’outils de formation professionnelle ou continue prospectifs,défendre également les intérêts du Commerce de Centre Ville ou du commerce de milieu rural…

Toutes ces problématiques résonnent évidemment de manière particulière à la CGPME Réunion. Quand on sait que la Réunion, dans la zone de l’océan indien, est sur la route d’espaces commerciaux de plusieurs millions d’habitants, comment occulter le fait que la CCIR doit évidemment assurer des missions d’appui et de conseil au développement international de nos entreprises ?

A l’heure où le secteur privé a plus que jamais besoin d’être accompagné, à l’heure où la transition vers un nouveau modèle économique s’opère, à l’heure où le foncier économique se raréfie, nous pensons que la respectueuse dame qui vient de fêter ses 185 ans a un grand avenir devant elle, et de nombreux challenges à relever.

C’est pourquoi la CGPME appelle à l’union de toutes les forces économiques afin de travailler au cours de la prochaine mandature à un accompagnement efficace de nos TPE/PME, à une représentation exemplaire de nos entreprises, et à agir avec une vision prospective sur l’aménagement du territoire.

Pascal Plante, Elu CGPME à la CCIR

   

1 Commentaire(s)

CHABAN, Posté
Medef et fedaction unis à la Région

Cgpme !?!?!?