La polémique du burkini n'a pas la même ampleur localement :

[AUDIO] A La Réunion, "chacun se baigne comme il veut"


Publié / Actualisé
En Métropole, les plages du sud de la France sont actuellement bondées de touristes et de baigneurs, en raison de la forte chaleur qui touche les littoraux et des vacances scolaires inachevées. Sur les plages, le port du burkini est dans le collimateur d'une vingtaine de maires ayant appliqué un arrêté, visant à verbaliser les femmes musulmanes qui portent ce vêtement pour se baigner. Si à La Réunion, le débat est loin d'animer les foules, en Métropole, il fait rage, tant au sein des collectivités que sur les réseaux sociaux. Si le Conseil d'État doit rendre son verdict ce jour concernant l'interdiction de la tenue de bain, les avis sont divergents dans la rue Maréchal Leclerc à Saint-Denis.
En Métropole, les plages du sud de la France sont actuellement bondées de touristes et de baigneurs, en raison de la forte chaleur qui touche les littoraux et des vacances scolaires inachevées. Sur les plages, le port du burkini est dans le collimateur d'une vingtaine de maires ayant appliqué un arrêté, visant à verbaliser les femmes musulmanes qui portent ce vêtement pour se baigner. Si à La Réunion, le débat est loin d'animer les foules, en Métropole, il fait rage, tant au sein des collectivités que sur les réseaux sociaux. Si le Conseil d'État doit rendre son verdict ce jour concernant l'interdiction de la tenue de bain, les avis sont divergents dans la rue Maréchal Leclerc à Saint-Denis.

Dans l’opinion générale à La Réunion, l’avis sur le port du burkini traduit une liberté individuelle qu’il faut respecter. Pour cette jeune femme musulmane, celles qui portent cette tenue de bain la mettent dans le but de respecter leur corps et leur foi, tout en profitant de la mer.

Localement, les proportions qu’a pris la polémique autour de cette question est la chose qui choque le plus. Simplement, "chacun est libre de se baigner comme il le souhaite".

Lorsque l'on pose la question à un métropolitain qui entend parler de la polémique depuis ses débuts, là aussi la liberté individuelle est défendue. Malgré tout, ce vêtement dans le viseur d'une partie de la classe politique  parce qu'il n'est pas respectueux "des bonnes mœurs et de la laïcité" peut se comprendre en raison de l'atmosphère craintive provoquée par les attentats.

Et puisque l'opinion diverge d'un extrême à l'autre, il y a aussi ceux qui voient le burkini comme une attaque imminente de la laïcité, quitte à stigmatiser les femmes qui le porte.

Enfin, le profil "ostentatoire" de cette tenue de bain sur les plages françaises à côté des traditionnels bikinis - voire monokinis - peut "choquer" quelques personnes quant au caractère exceptionnel qu'il présente. Si à La Réunion, chacun se baigne comme il l'entend sans craindre les réflexions des passants, sur les plages de l'Hexagone, "il ne faut pas s'étonner d'être prise en photo" en burkini, qui est une tenue "plus ostentatoire" que les autres signes religieux, selon cette passante. Il faudrait donc que les porteuses de burkinis "acceptent que nous soyons interpellés".

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Jeff, Posté
Le Conseil d'Etat suspend l'arrêté anti-burkini de Villeneuve-Loubet, c'est une bonne décision. Nous devenons la risée des médias internationaux.
Que dire des personnes qui se promènent dans Paris avec une étoile jaune (comme hier dans le métro).Jeter l'opprobre sur les communautés amplifie les ressentiments et poussent certains à un intolérable racisme..