Le Conseil d'Etat suspend l'arrêté anti-burkini de Villeneuve-Loubet :

Tout à l'honneur de la République


Publié / Actualisé
Va t-on vers la fin de la story de l'été de l'hémisphère nord ? Le Conseil d'Etat a suspendu ce vendredi 26 août 2016 l'arrêté anti-burkini de Villeneuve-Loubet. Une décision qui fera désormais office de principe pour les autres communes de France. La tenue de bain de la discorde fait des vagues depuis que le maire de Cannes a interdit le port de cette tenue, le 27 juillet. S'en sont suivis de multiples arrêtés municipaux et débats fiévreux. Les curés en soutane et bonnes soeurs en tenue sainte n'ont pas eu ce privilège. A croire que la République se voile les yeux sur les autres signes religieux ostentatoires. Mais cette décision du Conseil d'Etat a de quoi rassurer et l'argument précisé dans l'ordonnance le prouve : nous sommes toujours bien dans un pays ou la liberté est un principe fondamental.
Va t-on vers la fin de la story de l'été de l'hémisphère nord ? Le Conseil d'Etat a suspendu ce vendredi 26 août 2016 l'arrêté anti-burkini de Villeneuve-Loubet. Une décision qui fera désormais office de principe pour les autres communes de France. La tenue de bain de la discorde fait des vagues depuis que le maire de Cannes a interdit le port de cette tenue, le 27 juillet. S'en sont suivis de multiples arrêtés municipaux et débats fiévreux. Les curés en soutane et bonnes soeurs en tenue sainte n'ont pas eu ce privilège. A croire que la République se voile les yeux sur les autres signes religieux ostentatoires. Mais cette décision du Conseil d'Etat a de quoi rassurer et l'argument précisé dans l'ordonnance le prouve : nous sommes toujours bien dans un pays ou la liberté est un principe fondamental.

A moins que vous ne viviez dans une grotte coupée de toute connexion Internet, vous avez forcément entendu parler de cette fameuse polémique autour du burkini. Elle est arrivée en plein été de l'hémisphère nord, et a dépassé les plages pour atteindre les rangs du Conseil d’Etat. Fiévreusement attendue, la décision a été rendue et tombe comme un couperet : l'arrêté anti-burkini de Villeneuve-Loubet a été suspendu. L'ordonnance du Conseil d'Etat indique que "l'arrêté litigieux a ainsi porté une atteinte grave et manifestement illégale aux libertés fondamentales que sont la liberté d'aller et venir, la liberté de conscience et la liberté personnelle." Ce qui fera sans doute office de principe pour les autres communes françaises concernées.

La tenue de bain couvrant le corps des pieds à la tête a fait l’objet de multiples arrêtés municipaux. Cannes, Nice, Menton, Villeneuve-Loubet, Fréjus, Le Touquet, Sainte-Maxime, Le Lavandou, Sisco… Les communes sont nombreuses à avoir banni la sœur du hijab sur les plages. Et si l’arrêt de Villeneuve-Loubet a été suspendu par le Conseil d'Etat, la polémique - qui n'a pas d'écho ici à La Réunion -, ne va bien évidemment pas s’arrêter là.

Cette (absurde) polémique a fait des vagues dans le monde entier. Rires et consternation ont primé devant ce qui apparaissait être une mauvaise blague. Car le quart d’heure de gloire de ce maillot de bain pourrait bien faire le jeu des islamistes.

Il est néanmoins évident que le port de cette tenue de bain est une négation pure et simple du corps de la femme. Une pensée partagée par Najat Vallaud-Belkacem. La ministre de l’Education Nationale a déclaré sur Europe 1 être "évidemment contre le burkini en tant que féministe laïque et progressive". En ajoutant que, ce qui est inquiétant, c’est de voir "les responsables politiques de droite alimenter les peurs des gens". Le burkini, un instrument politique ? Hélas pour la gauche, le chef du gouvernement Manuel Valls n’a pas hésité à désavouer la position de la ministre en assurant que les arrêtés municipaux anti-burkini n’étaient pas "une dérive" et qu’ils ont été pris au "nom même de l’ordre public". Le maillot de bain ne serait pas compatible avec les "valeurs" de la France a prétendu le chef de file du gouvernement de gauche, hélas pour ladite gauche, hélas pour la République.

Le Conseil d’Etat a coupé court à ces débats stériles. Après avoir fait le tour de la tenue de bain offensante, il est peut-être bon de rappeler les derniers bombardements en Syrie ou l’attentat en Turquie. #JeSuisLaSyrie, où des civils meurent quotidiennement sous les feux des frappes aériennes et les bombes des jihadistes. #JeSuisLaTurquie, où un enfant de 12 ans s’est fait sauter en plein mariage. Et évidemment, #JeSuisCharlie, #JeSuisParis, #JeSuis Nice. Sur la Promenade des Anglais, le 14 juillet, ce sont 86 personnes qui ont perdu la vie. Une trentaine de victimes était de confession musulmane. Alors aujourd’hui, #JeSuisFier de cette République qui ne plie pas face à la menace ou à la pression, mais accepte et protège les différences, toutes les différences.

Portez votre burkini sans crainte ni honte. C'est tout à l'honneur de la République.

www.ipreunion.com 

L'intégralité de l'ordonnance du conseil d'Etat est à lire ici

   

3 Commentaire(s)

Joseph, Posté
Vive l'intégration réussie...
Charles, Posté
Bravooooooooooooooooooooo
Vive la laicité
Voile, Posté
OTE VALS TI BOUGE ENCORE........