Le Collectif Touch Pa Nout Roche organise une chaine humaine :

Carrière de Bois Blanc: "Donnez une heure de votre temps pour La Réunion", ce dimanche


Publié / Actualisé
Une grande chaîne humaine, pour marquer l'engagement de tous les Réunionnais contre le projet de méga-carrière à Bois Blanc. Ce dimanche 2 octobre, le Collectif Touch Pa Nout Roche (TPNR) entend maintenir la pression en mobilisant le maximum de citoyens, alors que l'enquête publique est en cours dans les mairies des Avirons, l'Etang Salé et Saint-Leu. Plusieurs points de rendez-vous sont fixés, avec un temps fort, de 9h30 à 10h30. Cette manifestation est organisée tout juste un an après une première chaîne humaine, qui avait réuni plus de 5000 personnes selon TPNR. (photo d'archives)
Une grande chaîne humaine, pour marquer l'engagement de tous les Réunionnais contre le projet de méga-carrière à Bois Blanc. Ce dimanche 2 octobre, le Collectif Touch Pa Nout Roche (TPNR) entend maintenir la pression en mobilisant le maximum de citoyens, alors que l'enquête publique est en cours dans les mairies des Avirons, l'Etang Salé et Saint-Leu. Plusieurs points de rendez-vous sont fixés, avec un temps fort, de 9h30 à 10h30. Cette manifestation est organisée tout juste un an après une première chaîne humaine, qui avait réuni plus de 5000 personnes selon TPNR. (photo d'archives)

Le rendez-vous commencera avec "La Marche des mamans", qui rassemblera les mères de famille des Avirons, de l'Etang-Salé et de Saint-Leu.  Elles organisent donc une marche de protestation entre la Pointe des Avirons et Bois Blanc le dimanche matin 2 octobre 2016.

 

Pour le collectif, la SCPR a beau avoir revu son dossier un an après la première enquête publique, où le non l'avait emporté, les arguments sont toujours les mêmes : les habitants ne veulent pas des tirs de mines, de la poussière ou encore des nuisances liées au dizaines de brises roches et marteaux hydrauliques, des camions, qui travailleront dès 5h du matin et jusqu’à 20h. Lilian Reilhac, porte-parole du collectif TPNR, le martèle, cette carrière, ils n'en veulent pas :

 

"C'est pas la Syrie"

Pour les membres du collectif, cette mobilisation citoyenne est d'autant plus importante qu'ils ont le sentiment que l'enquête publique est biaisée. Pour Lilian Reilhac, les commissaires enquêteurs n'hésitent pas à orienter les personnes qui souhaitent contribuer, et tendent à minimiser les impacts de la carrière. L'un d'entre eux lui aurait carrément dit que les tirs de mine ne seraient pas si terrible, par rapport à des tirs de mortiers. "Vous vous rendez compte de la comparaison, on n'est à la Réunion, c'est pas la Syrie", s'indigne le porte-parole de TPNR :

 

Pour rejoindre la marche des mamans, deux point de rendez-vous :

- Pour ceux qui habitent Le Piton, Le Plateau et les Avirons, nous leur donnons rendez vous devant la pharmacie du Ruisseau aux Avirons dès 8h15 afin de se rendre à Bois Blanc par le Chemin des Pêcheurs (30 minutes de marche)
- Pour ceux qui habitent l’Etang-Salé, le point de départ est à l’intersection de la Ravine des Avirons, prés du parking de la Pointe des Avirons.
Les deux groupes se rejoindront à la Pointe des Avirons pour se diriger ensuite vers la chaîne humaine à Bois Blanc (15 minutes de marche).

La chaîne humaine est prévue ce dimanche 2 octobre, entre 9h30 et 10h30, sur le route du bord de mer (RN1A) entre la Ravine du trou et la Ravine des Avirons.

   

3 Commentaire(s)

CHABAN, Posté
Jean

Vous avez parfaitement raison !
Jean, Posté
Avant de lancer ce projet pharaonique aux coûts complètement débiles, ne valait-il pas mieux écouter la population qui a toujours été contre cette solution, qui de plus risque d'être démolie au premier gros cyclone!
Le pognon, les arrangements entre-amis ont eu raison de nous!
Ro, Posté
Les habitants des communes de St Leu, Les Avirons, L'étang salé utilisent régulièrement le pont de la Rivière St Etienne, potant les habitants de Saint Louis ont subit de nombreuses nuisance lors de sa construction, marteaux hydrauliques, camions, nuisances sonores du matin, au soir durant plusieurs années...