Depuis trois semaines, aucun retour :

[AUDIO] Médiator : les victimes continuent de manifester


Publié / Actualisé
Une nouvelle fois, quelques dizaines de personnes se sont réunies devant le tribunal de Champ Fleuri ce mercredi 2 novembre pour demander la condamnation du laboratoire fabricant du médicament Médiator. Les hommes et femmes présentes se disent victimes du médicament qui était à l'époque prescrit pour soigner le diabète ou le surpoids. Plusieurs centaines de personnes sont mortes après avoir pris la molécule active contenue dans le Médiator : le benfluorex proche de la molécule toxique chimique appelée la norfenfluramine. Mme Seewathian, aujourd'hui "diminuée" attend un retour de la justice.
Une nouvelle fois, quelques dizaines de personnes se sont réunies devant le tribunal de Champ Fleuri ce mercredi 2 novembre pour demander la condamnation du laboratoire fabricant du médicament Médiator. Les hommes et femmes présentes se disent victimes du médicament qui était à l'époque prescrit pour soigner le diabète ou le surpoids. Plusieurs centaines de personnes sont mortes après avoir pris la molécule active contenue dans le Médiator : le benfluorex proche de la molécule toxique chimique appelée la norfenfluramine. Mme Seewathian, aujourd'hui "diminuée" attend un retour de la justice.

Mme Seewathian fait partie des victimes du Médiator. Elle est obligée de subir une opération à coeur ouvert, ce dernier étant abîmé par la prise du médicament Médiator. Le scandale qui touche la France entière, met en lumière plusieurs centaines de décès liés au produit. Aujourd'hui, Mme Seewathian, qui manifeste avec une vingtaine de personnes sur le parvis du tribunal de Champ Fleuri, demande réparation et la condamnation du laboratoire Servier, producteur du Médiator.

La responsabilité du laboration a été reconnu par le tribunal en avril dernier, tandis que la date du grand procès pénal du Mediator, avec l'instruction judiciaire ouverte à Paris, n'est , elle, toujours pas fixée.

C'est la seconde fois que le petit groupe de personnes campe devant le tribunal en attente de réponse de la part des élus ou de la justice.

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Attention, Posté
Ce médicament est un coupe faim, comme tous les coupes faim, il ne doit être pris que sur prescription médicale stricte, le médecin étant responsable de son patient. Le coupe faim est en général une hormone qui envoie une information erronée au cerveau, en occurrence tu es rassasié alors que ce n'est pas le cas. Toute personne qui s'alimente mal doit avant tout corriger son alimentation, éviter les aliments calorifiques tel que le gras et le sucre et ensuite avoir recourt au coupe faim.