La SIDR donne sa position à propos du plafond effondré à Montgaillard :

Bernard Fontaine : "je me suis indigné de la version présentée"


Publié / Actualisé
Samedi dernier, la presse était conviée à constater les dégâts causés par une fuite de ballon d'eau chaude dans un appartement à Montgaillard, loué par la SIDR. En effet, le plafond s'était effondré et la Confédération nationale du logement (CNL), avait déploré le manque d'efficacité du bailleur à régulariser la situation. Bernard Fontaine, directeur de la SIDR, livre sa version et se dit "indigné" par la présentation des faits effectuée par la CNL
Samedi dernier, la presse était conviée à constater les dégâts causés par une fuite de ballon d'eau chaude dans un appartement à Montgaillard, loué par la SIDR. En effet, le plafond s'était effondré et la Confédération nationale du logement (CNL), avait déploré le manque d'efficacité du bailleur à régulariser la situation. Bernard Fontaine, directeur de la SIDR, livre sa version et se dit "indigné" par la présentation des faits effectuée par la CNL

"Les bailleurs réinventent le concept de logement "biodégradable". C'est ce qu'avait lancé Erick Fontaine, administrateur de la Confédération nationale du logement, lors de la visite ce samedi d'un appartement de la résidence Bassar de India dans le quartier dionysien de Montgaillard, loué par la SIDR. En effet, à la suite d'une fuite du ballon d'eau chaude, le plafond du logement s'est effondré.

La CNL avait déploré le manque d'efficacité de ce dernier face à la situation. "Ils ont mis un mois à intervenir, le plafond aurait pu s'effondrer sur les enfants", s'était indigné Erick Fontaine. Il avait également affirmé que des infiltrations venanrt des chauffe-eaux ont aussi été constatées dans d'autres logements de ce groupe d'habitation.

Ce lundi 20 février, au cours d'un point presse, Le directeur de la SIDR, Bernard Fontaine, a expliqué sa version des faits. Et selon lui, la réalité serait différente.

Le locataire, dit Bernard Hoarau, aurait prévenu les services de la SIDR du problème de fuite le 8 janvier dernier. Il aurait alors indiqué qu'il serait hors département, à partir du 11 janvier. Dans l'impossibilité d'intervenir l'absence du locataire, le prestataire mandaté par la SIDR s'est rendu dans le logement pour effectuer les travaux le 8 février, soit le jour même de la relance effectué par le locataire auprès du bailleur.

Qualifiant sa structure de bailleur "le plus social de France", Bernard Fontaine toutes accusations d'inefficacité dans cette affaire. Il rappelle que le budget affecté à la rénovation du parc des logements anciens a été doublé. Il déplore "la version [de l'histoire] présentée par Erick Fontaine" ert se dit "indigné" par "la version présentée".

Pour rappel, le bailleur social a été condamné a une peine exemplaire pour avoir logé ses locataires dans des appartements jugés insalubres au Tampon en décembre dernier. La CNL fait d'ailleurs cas régulièrement de situations d'indécence dans les logements du bailleur, comme l'immeuble des Lataniers au Butor à Saint-Denis, pour lequel les habitants ont obtenu un arrêt du règlement du loyer et la SIDR, encore une fois condamné.

jm/www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

CHABAN, Posté
Indigné par des mots mais indigné par la situation !

Bravo MR