[VIDEO] Le plastique interdit depuis le 1er janvier 2017 sur les étals :

Les sacs réutilisables ont trouvé leur place sur les marchés


Publié / Actualisé
Au marché forain du camélia ce vendredi matin, nombreux sont les Réunionnais à faire le tour des étals pour trouver leur bonheur. Munis de leur cabas, soubik, tente, panier, sac réutilisable, beaucoup ont adopté le geste écologique. Pourtant certains forains ne l'ont pas encore fait. Des sacs plastiques non biodégradables sont distribués gratuitement aux clients ou vendus à 10 cts d'euros. D'autres forains vendent des sacs réutilisables qui ne trouvent pas forcément acheteur.
Au marché forain du camélia ce vendredi matin, nombreux sont les Réunionnais à faire le tour des étals pour trouver leur bonheur. Munis de leur cabas, soubik, tente, panier, sac réutilisable, beaucoup ont adopté le geste écologique. Pourtant certains forains ne l'ont pas encore fait. Des sacs plastiques non biodégradables sont distribués gratuitement aux clients ou vendus à 10 cts d'euros. D'autres forains vendent des sacs réutilisables qui ne trouvent pas forcément acheteur.

Des tomates, des oignons, des ananas… des fruits et légumes du marché qui remplissent les sacs des Réunionnais ce vendredi. Ils sont nombreux à avoir apporté de quoi transporter leurs achats. Depuis le 1er janvier 2017, les sacs en plastique à usage unique sont interdits sur les marchés et dans les commerces. Une interdiction qui oblige les consommateurs à prendre leurs précautions.

"On a pris l’habitude, on met tout ce qu’on achète directement dans les sacs réutilisables. Au début, il fallait y penser mais après c’est comme dans les supermarchés, parfois on les oublie", déclare Sandrine.  Comme elle, Jean-Yves ramène son sac à chaque fois qu’il fait son marché, il le trouve plus pratique et écologique.

Suzette, elle vient d’acheter des pommes de terre pour 2 euros. Inconcevable pour la mère de famille de venir au marché sans son cabas : " Il m’arrive de les oublier dans ma voiture, mais je préfère faire demi-tour que d’en acheter auprès des forains ". Un constat qu’a fait Sully. " La plupart des gens ne sont pas d’accord mais on n’a pas le choix. On les achète chers ce n’est pas pour les donner aux clients ", déclare le vendeur de légume.

- 20cts un sac réutilisable -

Avant l’interdiction, les forains se procuraient un rouleau de 100 sachets auprès des grossistes pour 1,50 euros. Aujourd’hui les sacs recyclables sont vendus à 9,80 eurso les 100. Les forains les revendent à 20 cts.

L’augmentation des prix obligent les commerçants à se procurer pour quelques euros des contenants qu’ils distribuent gratuitement aux clients et dont la matière fait parler. En effet, en passant d’étal en étal, les discours changent. Certains forains affirment que ce sont des sachets autorisés alors que d’autres déclarent que leurs sacs ne sont pas écolo mais qu’ils n’ont pas le choix.  "Il faut sanctionner ceux qui nous les vendent", lâche un forain en colère, "Si on ne donne pas ces sacs aux clients ils vont à la concurrence. Il faut totalement supprimer ces sacs".

Pour mettre fin aux sacs platiques dans l'Ouest, le TCO a lancé l'opération Zéro sac plastique. Elle vise à réduire de plus de 10% l'utilisation de ces contenants dangereux pour l'environnement. 

de/www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !