Un "joint" électronique et légal :

Quant le cannabis se vapote


Publié / Actualisé
Si ses effets à long terme sur la santé sont encore inconnus, le cannabidiol s'est déjà propagé en France. Molécule dérivée du cannabis, elle est utilisée dans un e-liquide destiné au vapotage. Avec un taux de THC inférieur à 0,2 %, elle fait partie des variétés de la plante autorisée. Pour autant, l'agence nationale de sécurité du médicament s'inquiète autour de son achat et de sa commercialisation.
Si ses effets à long terme sur la santé sont encore inconnus, le cannabidiol s'est déjà propagé en France. Molécule dérivée du cannabis, elle est utilisée dans un e-liquide destiné au vapotage. Avec un taux de THC inférieur à 0,2 %, elle fait partie des variétés de la plante autorisée. Pour autant, l'agence nationale de sécurité du médicament s'inquiète autour de son achat et de sa commercialisation.

Prisées par un certain nombre d’adolescents et de jeunes adultes, la cigarette électronique pourrait aussi servir de… joint de cannabis. Et ce, grâce à un e-liquide à base de CBD, l’une des molécules extraite de la plante. Si l’agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) s’inquiète autour de l’achat et de la commercialisation de ce dérivé, ce n’est pas le même avis du Ministère de la Santé. Dans un article du Parisien publié fin novembre, le "joint électronique" est qualifié de "légal". Les liquides du cannabidiol (CBD) pourraient ainsi bénéficier d’une dérogation à la législation. Pour autant, le ministère de la Santé proscrit quand même d’autres utilisations que celle destinée au vapotage. Tout revendeur doit également éviter d’en faire une publicité, "sous un jour favorable".

Pour rappel, la culture, la détention et le transport de cannabis sont interdits en France. Sont autorisées uniquement les variétés dont le taux de THC (Tétrahydrocannbinol), est inférieur à 0,2 %. Comme pour le CBD.

Afin de se procurer du cannabidiol en e-liquide, il suffit de se rendre sur Internet. Plusieurs sites le commercialisent depuis 2014, mettant en avant les bienfaits engendrés sur le stress et le sommeil.  Selon l’enquête du Parisien, la molécule pourrait effectivement posséder des vertus relaxantes. Elle n’aurait en revanche pas de propriétés stupéfiantes. Cependant, aucune étude n’a pour le moment été menée sur les effets à long terme du produit. Flou juridique d’une part et flou sanitaire d’autre part. Et quant au risque d’addiction, c’est encore une autre histoire.

   

1 Commentaire(s)

Cpaspro, Posté
Pourquoi utilisez un titre racoleur comme "Un "joint" électronique et légal" et "Quant le cannabis se vapote" quand tous ceux qui se donne la peine de faire des recherches apprennent que le CBD n'est pas un joint. Et à plutôt des vertus relaxantes et absolument aucun effet dans la tête. Fans de l'effet Zamal passez votre chemin. Cela fait plus de 10 ans que des études sont faites sur le Cannabis et le CBD est une des résultantes de ces recherches.

Effets du CBD :

L’effet le plus explicite du CBD se traduit par une augmentation du taux d’anandamide, une des molécules principale dans le sentiment de bien-être de l’après le sport (le chocolat fonctionne un peu de la même manière). Autrement dit, c’est proche de la sensation qu’on ressent après avoir fait de la course à pied – sans la fatigue, ça va de soi.
On trouve un effet anxiolytique (contre les effets du stress et de l’angoisse)
Il présente aussi un effet antipsychotique (d’où son intérêt dans les traitement de la schizophrénie et de l’épilepsie.)
Le CBD agit comme un antalgique léger (antidouleur)
Soulage la nausée
Soulage les migraines
Soulage les inflammations
Aide contre l’insomnie