224 337 marmailles sur le chemin des écoliers :

Et c'est reparti pour une année !


Publié / Actualisé
Les vacances ne sont maintenant plus qu'un lointain et doux souvenir. L'heure de la rentrée des classes a sonné. Stressés, heureux, curieux, les marmailles sont de retour sur les bancs de l'école. Les cartables sont tout beaux, tout propres enfin pour le moment. Hauts les coeurs, la rentrée 2018, c'est maintenant ! Suivez notre live à l'école Eugène Dayot de la Rivière des Galets au Port où le maire Olivier Hoarau et le recteur Vêlayoudom Marimoutou accueillent parents et enfants.
Les vacances ne sont maintenant plus qu'un lointain et doux souvenir. L'heure de la rentrée des classes a sonné. Stressés, heureux, curieux, les marmailles sont de retour sur les bancs de l'école. Les cartables sont tout beaux, tout propres enfin pour le moment. Hauts les coeurs, la rentrée 2018, c'est maintenant ! Suivez notre live à l'école Eugène Dayot de la Rivière des Galets au Port où le maire Olivier Hoarau et le recteur Vêlayoudom Marimoutou accueillent parents et enfants.
  • IPR

    [FIN] Ce live sur la rentrée scolaire est à présent terminé. Merci de l'avoir suivi avec nous.

  • IPR

    [AU LYCEE] Au lycée Nord à Bois-de-Nèfles Sainte-Clotilde la rentrée s'est déroulée dans le calme malgré une dose de stress pour certains élèves. Des médiateurs font aussi leur rentrée. Leur rôle, permttre à l'année scolaire de se dérouler dans les meilleures conditions, en évitant les rakets, vols et autres agressions.

  • IPR

    [LA CANTINE] Le prix des repas qui sont distribués à la cantine scolaire ont été revus à la baisse pour cette rentrée. Le maire du Port, Olivier Hoarau explique les raisons pour lesquelles la commune a décidé de baisser les prix.

     

    Le prix des repas étaient calculés en fonction du quotient familial un simple calcul a permis de proposer des tarifs plus adaptés aux moyens financiers des familles et réduire les risques d'impayés.

    Les services de la restaurations scolaires seront aussi très vigilants sur le gaspillage de la nourriture dans les cantines.

     

  • IPR

    [ÇA COMMENCE] Et oui, les vacances sont bien finies et la classe reprend.

    Dans une classe de CE1 dédoublée, le recteur et le maire assistent au  premier jeu de lecture oralisée.

    Lire aussi : Après le CP, le CE1, il y aura 871 classes à 12 élèves à la prochaine rentrée

     

     

  • IPR

    [HYMNE] Les enfants entonnent la Marseillaise dans la cour de l'école. L'hymne national fait partie des nouveautés de cette rentrée 2018.

     

  • IPR

    [AVANT LA CLASSE] Un pti' déj' avant la classe ? Le maire et le recteur donnent le bon exemple en prenant un petit goûter dans la cour de l'école.

     

  • IPR

    [ECOLE EUGÈNE DAYOT - 7h50]  À la Rivière des Galets au Port, les élèves de l'école élémentaire Eugène Dayot sont accueillis par le maire de la commune Olivier Hoarau et le recteur d'académie Vêlayoudom Marimoutou. Dès 7h50 les enfants entrent dans la cour prêts pour une nouvelle année scolaire.

     

     

  • IPR

    Et les marmailles, on en fait quoi le mercredi ?

    A la Réunion, pour cette rentrée 2018, la question des rythmes scolaires ne se pose plus. Toutes les écoles de l'île sont logées à la même enseigne : la semaine de quatre jours. Alors que faire des marmailles les mercredis ? Le gouvernement a une réponse toute trouvée à la question : "le plan mercredi". Dans la continuité des activités périscolaires, l'objectif est que tous les élèves, peu importe leur milieu social, aient accès à des activités de qualité autour de trois axes majeurs : la nature, la culture et le sport.

    Le projet est financé par les collectivités et la CAF en grande partie. "Le label plan mercredi", un bien joli projet sur le papier mais en réalité, sera-t-il à la hauteur ? Moins de contrats aidés pour les maires, question budget, les communes  ne sont pas toutes sur un même pied d'égalité, qui financera ce plan lorsque les édiles, pris à la gorge ne pourront plus suivre ? Et question qualité des activités, qui fixe les règles ? Vêlayoudom Marimoutou, le recteur de l'Académie de la Réunion est, lui, plutôt optimiste.

     

A propos

• Du nouveau dans les cartables pour la rentrée

Les nouveaux programmes pour l'école primaire, publiés au JO du 26 juillet, ont pour ambition, du point de vue du Ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer, de remettre de l'ordre dans les cartables. Et surtout dans les matières grises des écoliers. Le Conseil Supérieur de l'Enseignement a validé ces programmes mais soumis des ajustements dans trois matières, le français, les mathématiques et l'enseignement moral et civique. Dans les faits, les changements en français, mathématiques et enseignement moral et civique ne sont pas si extraordinaires que cela sur le fond. Plus de dictée, les quatre opérations dès le cycle 2, et la Marseillaise, apprise couplet par couplet à chaque nouveau niveau de classe atteint depuis le CE2. Formez vos bataillons, les programmes, c'est ce qui suit...

En français, dictée et grammaire reprennent du galon

Les gros changements consistent donc, en français, à revenir aux dictées quotidiennes même au collège, à enseigner les subtilités du passé simple à toutes les personnes du verbe et non plus seulement aux troisièmes personnes du singulier et du pluriel (programmes 2015), à revenir sur les notions de compléments d’objets direct et indirect et des compléments circonstanciels, devenus un peu flous à l’usage du prédicat qui est désormais obsolète, à peine deux ans après sa mise en service. 

En maths, les quatre opérations dès le cycle 2

La résolution de problèmes dans les apprentissages mathématiques reste au centre des programmes tant au cycle 2, pour "permettre d'aborder de nouvelles notions, de consolider des acquisitions, de provoquer des questionnements" et au cycle 3 pour évaluer "la maitrise des connaissances" et montrer une " appropriation qui en garantit le sens ".

Au cycle 2, les nouveaux programmes insistent sur le rôle des manipulations, autrement dit des expérimentations avec des objets,  de la verbalisation et de la formalisation à l'aide des symboles. Les programmes plébiscitent les écrits (cahier de leçons) dès le cycle 2 jusqu’au cycle 3. Un travail de copie chronophage à ce niveau, face à des élèves qui maîtrisent encore mal l'écrit, et qui ne donne pas forcément la clé de la compréhension, hélas. Heureusement que les jeux de manipulation compenseront.  

L'hymne national et respect, en éducation morale et civique

Les nouveaux programmes conservent certains éléments de ceux de 2015 mais opèrent aussi un retour remarqué sur l’époque Chevènement (ndlr, 1985) autour de l’apprentissage de La Marseillaise que les plus jeunes devraient apprendre à reconnaître en cycle 1, avant d'en maîtriser un nouveau couplet à chaque passage de niveau à partir du CE2, ainsi que les principaux symboles républicains, les droits de l'Homme et de l'Enfant. Hormis l'hymne national à apprendre par coeur, le mot respect est l'une des valeurs montantes des programmes d’EMC.

• La rentrée en quelques chiffres

117 260 élèves du premier degré (-600 élèves), dont 43320 en maternelle (- 94 élèves) et 72 720 en élémentaire (- 530 élèves) 102 350 élèves du second degré (+ 120 élèves), dont 60 630 collégiens (+ 500 élèves), 26 110 lycéens (-370 élèves) et 15 610 lycéens professionnels (-10 élèves) 6 133 élèves en situation de handicap scolarisés en milieu ordinaire.

92,1% des élèves dans l’enseignement public et 7,9% dans l’enseignement privé

Les établissements scolaires 

655 écoles et établissements du second degré publics et privés. 523 écoles (497 publiques et 26 privées sous contrat) 84 collèges (77 publics et 7 privés sous contrat) 48 lycées, dont 13 lycées d’enseignement général et technologique (12 publics et 1 privé sous contrat) 15 lycées professionnels (13 publics et 2 privés sous contrat) 20 lycées polyvalents (18 publics et 2 privés sous contrat)

• Rentrée scolaire : les "taties" seront au rendez-vous

La rentrée se fera à l'heure et a priori sans remous. Les communes, qui avaient dû repousser la reprise des cours l'an dernier, suite à la baisse des contrats aidés qui a impacté l'encadrement des tout-petits et l'entretien des écoles, ont eu quelques mois pour se faire à cet état de fait. Déploiement d'équipes, polyvalence, réaménagements d'horaires et semaine des quatre jours ont permis de compenser la perte de nombreux contractuels au sein des écoles, et notamment des classes maternelles.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !