Une marche pour sensibiliser les donateurs :

Le Rotary ne lève pas le pied sur l'éradication de la polio


Publié / Actualisé
Samedi 27 octobre 2018, Journée mondiale de la Polio, les clubs réunionnais du Rotary marcheront d'un bon pas dans les rues de Saint-Denis jusqu'au Jardin de l'Etat où ils feront étape. Le but : sensibiliser les donateurs à la nécessité de vacciner les populations encore non protégées contre la polio pour éviter un retour de la maladie (Photo d'illustration)
Samedi 27 octobre 2018, Journée mondiale de la Polio, les clubs réunionnais du Rotary marcheront d'un bon pas dans les rues de Saint-Denis jusqu'au Jardin de l'Etat où ils feront étape. Le but : sensibiliser les donateurs à la nécessité de vacciner les populations encore non protégées contre la polio pour éviter un retour de la maladie (Photo d'illustration)

Pour Clément Ah-Line, officier référent polio pour le district Rotary, cette pathologie n’est pas une légende urbaine, une maladie du temps lontan : " A Madagascar encore, à côté de chez nous, il y a des cas de polio ". Le ton est parfois alarmiste : " La polio, à La Réunion, ce n’est pas si lointain que cela, le plus jeune patient atteint que je connais à 57 ans. "

Certes, en France et donc à La Réunion aussi, la population est désormais vaccinée contre la polio. Cette vaccination, jusqu’en janvier 2018, faisait partie des trois seules obligatoires et figure toujours depuis au catalogue des onze vaccinations. Sauf qu’il reste une courte période de latence entre la naissance et l'âge de la vaccination (à partir de 2 mois) où les nourrissons peuvent être contaminés.

" Nous n’avons pas le choix, il faut nous mobiliser sur les actions de prévention de la polio dans les pays où le virus est actif, car ce n’est pas parce que ça n’existe plus que ça ne reviendra pas. Si nous ne faisons rien, l’Organisation Mondiale de la Santé prévoit une catastrophe mondiale ", alerte Clément Ah-Line. Selon l’OMS, il y aurait encore une quinzaine de pays à très hauts risques dans le monde.

Financer les actions de prévention

Faire, mais comment ? La première des préventions, c’est évidemment la vaccination mais pas seulement : " L’assainissement des réseaux d’eau, c’est essentiel pour la prévention de la maladie ".

Pour assurer cette éradication du poliovirus, le Rotary, au niveau national, est engagé depuis trente ans dans des actions de sensibilisation et de collectes de fonds pour financer les actions. A La Réunion, les 28 antennes locales du Rotary ont pris le pas également : " Toute l’année nous organisons des évènements pour sensibiliser les donateurs et recueillir des fonds. "

Un public plutôt réceptif, puisque pas moins de 50 000 euros avaient été recueillis lors de la première collecte en 2012 et depuis la mobilisation des donateurs ne se dément pas. Tant mieux, car selon l’OMS, il faudrait vacciner 450 000 enfants dans le monde d’ici deux ans. Et bien sûr, continuer à travailler sur l’assainissement des réseaux d’eau car il n’y a pas que la polio qui s’y développe.

Samedi pour donner corps à leur engagement, les Rotariens marcheront  d ès 9 h, du Pôle Océan au Jardin de l’Etat en passant par la rue du Maréchal Leclerc et la rue de Paris. Les personnes sensibilisées à la prévention des maladies endémiques sont invitées à les rejoindre à un point ou à un autre du parcours ou au Jardin de l’Etat. Et à remplir de leur don les tirelires.

ml/www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !