Visite ministérielle :

Indexation des hospitaliers : Annick Girardin reste ferme


Publié / Actualisé
La ministre des Outre-mer finit a terminé sa visite à La Réunion comme elle l'avait commencé : en rencontrant les syndicats hospitaliers. L'objet de l'entretien : le décret qui met fin à l'indexation des primes des agents hospitaliers. Les syndicats voulaient expliquer à la ministre l'impact que la suppression de l'indexation aura sur leur pouvoir d'achat. Annick Girardin n'a pas bougé : le décret est passé, le gouvernement ne fera pas machine arrière.
La ministre des Outre-mer finit a terminé sa visite à La Réunion comme elle l'avait commencé : en rencontrant les syndicats hospitaliers. L'objet de l'entretien : le décret qui met fin à l'indexation des primes des agents hospitaliers. Les syndicats voulaient expliquer à la ministre l'impact que la suppression de l'indexation aura sur leur pouvoir d'achat. Annick Girardin n'a pas bougé : le décret est passé, le gouvernement ne fera pas machine arrière.

Les syndicats hospitaliers ne se faisaient pas beaucoup d’illusion. Mais cette rencontre avec la ministre leur a permis de prendre le pouls "nous voulions savoir ce que pense Annick Girardin de cette mesure, si elle est de notre côté. Et surtout, qu’elle remonte nos doléances à la minsitre de la santé Agnès Buzyn" explique David Belda, secrétaire départemental de FO Santé. Mais le ton a été donné dès le début de l’entretien " je lui ai demandé qu’elle était son avis sur le décret. Elle m’a envoyé sur les roses. Sa réponse a été cinglante ‘je n’ai pas à vous donner mon avis, cela ne vous concerne pas. Mon avis, je l’ai donné à Agnès Buzyn.’ " Ambiance.

David Belda ne croit pas aux miracles, mais il s’attendait au moins à ce qu’il y ait un dialogue constructif "c’est tout de même la ministre des Outre-mer, elle gère la politique économique, sociale, la santé dans les territoires ultramarins. Je ne comprends pas qu’elle ne se prononce pas sur la question. On n’a pas été entendu. Comment voulez-vous qu’elle soit notre relais auprès du gouvernement ? "

Même déception pour Jean-Yves Hoarau, président syndical départemental du CFTC Santé "elle est restée dans son rôle de ministre des Outre-mer et n’en est pas sortie. Dès le départ, elle nous a dit que les l’arbitrage entre la miistre de la santé, le ministre des finances et elle-même avait été fait. Elle a fermé les portes. "

Le syndicaliste va même plus loin "quand on a expliqué qu’on irait au Conseil d’État pour faire abroger ce décret que nous considérons illégal, elle nous a répondu que ce n’était pas une bonne idée, que cela allait réveiller le serpent de mer autour de la surrémunération et que finalement, cela allait nous porter préjudice plus qu’autre chose. Elle a expliqué que c’était un conseil, on n’y a plutôt vu une menace. Cette forme d’intimidation ne nous empêchera pas de continuer notre combat est d’aller en justice."

Annick Girardin s’est montrée déterminée à maintenir le décret, les syndicalistes le sont aussi. 

fh/www.ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

Sociale, Posté
je propose que le salaire des ministres soit amputé de 25% et qu'ils aient à payer un loyer, leurs repas et leurs frais de déplacement
Chinois , Posté
Son attitude n'est absolument pas une surprise, hein. C le gouvernement pour lequel elle bosse qui a pondu cette super idée.
Et du reste, savez vous quel est le seul département ou territoire d'outre mer qui a échappé à la disparition de l'abattement de 30 %? St Pierre et miquelon of course. Et devinez pourquoi ? Tout simplement pcq annick girardin vient de St Pierre et miquelon. C magique non ? Ça s'appelle de la discrimination tout simplement