Plus d'effectifs, mieux répartis avec moins de missions :

Syndicat Alliance Police nationale : " les policiers doivent revenir à leur mission principale"


Publié / Actualisé
À chaque débordement ou lorsqu'un policier est pris à partie, c'est la même rengaine : le syndicat Alliance police nationale demande des effectifs supplémentaires. Sur l'île pour quelques jours dans le cadre des élections professionnelles qui auront lieu du 30 novembre au 6 décembre prochains, Jean-Claude Delage le numéro un du syndicat au niveau national, précise les choses. Des effectifs supplémentaires, il y en a eu ces quatre dernières années, une centaine de personnels en plus. Mais selon Jean-Claude Delage, ces agents de la paix sont mal utilisés. Ils se retrouvent à devoir gérer des missions bien éloignées de leur mission principale qui est la sécurité des citoyens.
À chaque débordement ou lorsqu'un policier est pris à partie, c'est la même rengaine : le syndicat Alliance police nationale demande des effectifs supplémentaires. Sur l'île pour quelques jours dans le cadre des élections professionnelles qui auront lieu du 30 novembre au 6 décembre prochains, Jean-Claude Delage le numéro un du syndicat au niveau national, précise les choses. Des effectifs supplémentaires, il y en a eu ces quatre dernières années, une centaine de personnels en plus. Mais selon Jean-Claude Delage, ces agents de la paix sont mal utilisés. Ils se retrouvent à devoir gérer des missions bien éloignées de leur mission principale qui est la sécurité des citoyens.

Des missions loin de leur coeur de métier ? Le syndicat a des exemples à la pelle, lorsque des croisiéristes arrivent sur l’île, les douaniers sont mobilisés pour effectuer les contrôles, une tâche qui, selon Alliance Police nationale devrait incomber à la PAF, d’où le fait que le syndicat milite pour la création d’un poste de la Police aux frontières à la Rivière des galets. Des agents qui doivent garder un prisonnier hospitalisé ou qui se retrouvent à " garder " un bâtiment comme la Préfecture par exemple ou alors qui gèrent les transferts de prisonniers... Le syndicat dénonce une mauvaise répartition des effectifs.

L’exemple de la nuit d’Halloween est assez parlant. Selon le syndicat, plusieurs agents de la paix ont été rappelés sur leurs jours de congés pour assurer le maintien de l’ordre, si des effectifs avaient été ajoutés à la Compagnie départementale d’intervention, l'issue de la soirée aurait sans doute été différente, regardez l'interview de Jean-Claude Delage, le secrétaire national de Alliance Police nationale :

 

www.ipreunion.com

 

   

1 Commentaire(s)

LOUILANG974, Posté
TOUS LES RESPONSABLES SYNDICAUX DISENT QU'IL Y A UN MANQUE FLAGRANT DE POLICIERS A LA REUNION.OUI IL Y A DES POLIC QUI ARRIVENT MONSIEUR DELAGE MAIS Y EN A QUI PARTENT EN RETRAITE AUSSI DONC FINALEMENT C'EST UN VASE COMMUNIQUANT ET LE PROBLEME D'EFFECTIFS RESTE ENTIER QUANT A LA REPARTITION COMME VOUS DITES JE SUIS D'ACCORD AUSSI MAIS LE PREFET VA TOUJOURS NOUS DIRE QUE TOUS LES RASSEMBEMENTS SE PASSENT A ST DENIS DONC C'EST NORMAL QU'IL Y AIT UNE CONCENTRATION D'EFFECTIFS SUR ST DENIS NOUS ON PARLE LES EFFECTIFS DE TOUS LES COMMISARIAT POUR QUE LES COLLEGUES PUISSENT PRENDRE UN REPOS QUAND ILS EN ONT ENVHIE VOILA LA REALITE MONSIEUR DELAGE RECEVEZ LES SALUTATIONS D'UN ANCIEN COLLEGUE ET RESPONABLE SYNDICAL EN RETRAITE BON SEJOUR A LA REUNION