Numéro d'urgence pour les étudiants :

A La Réunion, le désespoir, c'est à des heures précises


Publié / Actualisé
En novembre 2019, suite à l'immolation d'un étudiant devant le CROUS de Lyon, le ministère de l'Education supérieure avait décidé de mettre en place un numéro d'urgence pour les étudiants en situation de précarité. Les plages horaires de ce numéro : de 9 à 17 heures. Ces heures sont celles de Métropole. Deux mois plus tard, le décalage horaire avec les territoires ultra-maris n'a toujours pas été pris en compte... Amies (e)s étudiant(e)s autant vous le dire tout de suite : actuellement veillez à n'être désespéré(e)s qu'à partir de 12 heures (9 heures dans l'hexagone). Par contre vous pouvez l'être jusqu'à 20 heures (17 heures en métropole) (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
En novembre 2019, suite à l'immolation d'un étudiant devant le CROUS de Lyon, le ministère de l'Education supérieure avait décidé de mettre en place un numéro d'urgence pour les étudiants en situation de précarité. Les plages horaires de ce numéro : de 9 à 17 heures. Ces heures sont celles de Métropole. Deux mois plus tard, le décalage horaire avec les territoires ultra-maris n'a toujours pas été pris en compte... Amies (e)s étudiant(e)s autant vous le dire tout de suite : actuellement veillez à n'être désespéré(e)s qu'à partir de 12 heures (9 heures dans l'hexagone). Par contre vous pouvez l'être jusqu'à 20 heures (17 heures en métropole) (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

"Bonjour, ce numéro d'appel dédié aux étudiants rencontrant de graves difficultés est actuellement fermé, nous vous invitons à renouveler votre appel sur les horaires d'ouverture" annonce mécaniquement une voix. A La Réunion, il est 11h30 du matin, la journée est pour beaucoup déjà bien entamée.

Quelques secondes plus tard, la voix invite les étudiants résidant en outre-mer de se rapprocher du CROUS en cas d'urgence, si le numéro d'urgence n'est pas encore disponible. Cela fait deux mois qu'il a été mis en place, mais toujours aucune adaptation des horaires n'a été réalisée pour les étudiants d'Outre-mer. Il semblerait qu'à La Réunion, il vaille mieux être dans l'urgence aux heures de bureau de métropole, entre midi et 20 heures localement. Regardez :



Dès l'annonce de la mise en place de ce numéro d'urgence, les étudiants s'étaient plaints du décalage horaire entre l'île et la métropole. D'ailleurs, nous ne sommes pas si mal lotis si l'on doit comparer notre situation à celles des étudiants antillais, qui ont cinq heures de décalage avec la métropole.

Interrogé et relancé à plusieurs reprises par Imaz Press sur la question, le ministère des Outre-mer n'a final apporté aucune réponse concrète à ce problème. Nous partageons avec vous les échanges :

Le premier mail envoyé par notre journaliste le 16 janvier 2020


 

La réponse du ministère, le 28 janvier 2020

 

Pas de réelle réponse à nos interrogations donc. La situation est "inacceptable" aux yeux des syndicats étudiants, qui dénonçaient déjà "la pauvreté de la mesure" prise par le ministère de l'Enseignement supérieur. "C'est du mépris pour l'ensemble des étudiants, quelqu'un s'immole par le feu pour dénoncer la précarité, et leur seule réponse est un numéro de téléphone !" s'exclame Samantha Pothin, présidente de l'Unef Réunion.

Elle fustige par ailleurs le manque de réponses concrètes données aux étudiants lorsqu'ils appellent. "Généralement, l'opérateur répond qu'il faut se tourner vers le CROUS : ça, on le sait déjà, ce n'est de ça dont nous avons besoin !" s'indigne-t-elle. Les syndicats étudiants ont à plusieurs reprises rencontré des membres du gouvernement, dont le Président et la ministre des Outre-mer. "On a avancé l'idée d'un complément de bourse, qu'ils ont dit soutenir, sans que ça ne se fasse" continue-t-elle.

Pour l'Unef, les spécificités régionales ne sont pas prises en compte. L'éloignement des campus universitaires, la vie chère, ces problématiques sont ignorées, selon le syndicat. "Ce qu'on nous dit, c'est qu'on nous considère comme tout le monde, finalement. Et mieux vaut ne pas se sentir déprimé en pleine nuit" raille Samantha Pothin.

Cher(e)s étudiants(e)s, si jamais vous avez une urgence, assurez-vous donc qu'elle advienne aux heures de bureau... De métropole.

as / www.ipreunion.com / [email protected]
 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !